BFMTV

Présidentielle: deux débats télévisés envisagés avant le premier tour

Le plateau du débat d'entre-deux tours lors de l'élection présidentielle de 2007.

Le plateau du débat d'entre-deux tours lors de l'élection présidentielle de 2007. - THOMAS COEX / POOL / AFP

TF1 et France 2 souhaitent organiser deux débats télévisés au mois de mars. Mais certains candidats sont réticents sur la forme et le mode des sélections des participants.

La présidentielle à venir se démarque déjà par sa campagne chaotique, elle pourrait varier également par sa forme. Pour la première fois, deux débats télévisés pourraient être organisés avant le premier tour afin de laisser les candidats s'exprimer avant le scrutin. Une volonté commune à TF1 et France 2, qui planchent sur ce projet, sans doute inspiré notamment par les succès d'audience des débats qui ont précédé les primaires à droite et à gauche. Deux dates sont déjà fixées: le lundi 20 mars pour TF1 avec les candidats les mieux lotis dans les sondages (en l'occurrence Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon) et le jeudi 20 avril pour France 2. L'émission proposée par le service public adoptera une forme différente car "tous les candidats retenus par le Conseil constitutionnel" y participeront, a annoncé la chaîne ce mardi. Celle-ci cherche également à organiser un rendez-vous similaire à la fin mars. 

Les réticences de Macron

L'hypothèse de débats excluant les candidats cumulant de sintentions de votes moindres avait de quoi faire grincer des dents les "petits candidats", comme Nathalie Arthaud et Philippe Poutou, mais aussi les principaux. A La Réunion, François Fillon estimait ainsi que l'idée d'une telle sélection était "très limite sur le plan démocratique". Du côté des organisateurs, la volonté revendiquée est celle de limiter les participants pour permettre le meilleur débat possible.

D'après L'Express, un autre problème se pose: Emmanuel Macron serait réticent et maintiendrait le doute sur sa participation, alors que Marine Le Pen, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont donné leur accord de principe, et que François Fillon se serait laissé convaincre par Thierry Solère, son porte-parole. 

"Si c'est un format dans lequel on peut donner notre avis, notamment pour contrer Marine Le Pen sur des sujets de fond, on fera le débat. Mais si c'est juste pour faire de l'entertainment, il ne faut pas compter sur nous", prévient l'entourage du candidat d'En Marche!, avant de tempérer son propos auprès de RTL. S'il se défend d'avoir "torpillé" cette initiative dans l'œuf, l'entourage d'Emmanuel Macron confie être "vigilant" sur la forme de ces événements. L'initiative devrait donc se préciser une fois que le débat sur le débat sera clos.

Charlie Vandekerkhove