BFMTV

Pour Valérie Pécresse, l'Île-de-France est "saturée par les migrants"

Sur le plateau de BFM Politique ce dimanche, Valérie Pécresse a voulu "tirer le signal d'alarme" sur la question migratoire en région parisienne.

Invitée à répondre aux questions d'Apolline de Malherbe à l'antenne de BFMTV ce dimanche, la présidente de la région Île-de-France s'est montrée alarmiste sur le sujet de l'accueil des migrants dans cette même région:

"L’Île-de-France est saturée par les migrants, et le flot ne se tarit pas." 

Valérie Pécresse se tourne vers le Premier ministre

En tant qu'élue, elle s'estime délaissée par l'exécutif et tout particulièrement par le chef du gouvernement:

"Je réitère mon appel solennel à Manuel Valls. Nous devons avoir une réunion avec tous les élus d’Île-de-France. Il ne nous a pas reçus je lui ai envoyé une lettre. Il y a une opacité, il y a un double langage, une absence de concertation."

Pour la femme politique, le problème que rencontrent aujourd'hui Paris et sa région est un problème national et international:

"Oui, il y a des vases communicants entre Calais et l’île-de-France. Oui il est impossible de ne pas renégocier les accords du Touquet."

Faire la part des migrants économiques et des demandeurs d'asile

Si Valérie Pécresse reconnaît que parmi ces réfugiés figurent des demandeurs d'asile et que "la République c'est l'asile", elle se veut avant tout partisane d'une politique de grande fermeté:

"Il y a aussi beaucoup de migrants économiques et là, c’est une question de souveraineté, nous avons le droit de les refuser. Aujourd’hui, les places d’hébergement sont saturées par des déboutés du droit d’asile et par des clandestins. Ceux-ci n’ont pas leur place dans la République, ils sont dans l’illégalité. La République, c’est le respect de la loi, c’est le renvoi des clandestins chez eux. Et Manuel Valls et le gouvernement doivent s’engager rapidement dans cette politique."

R.V.