BFMTV

Pour Jordan Bardella, le Rassemblement national n'a "pas de leçon" à recevoir de la gauche

En réaction à la marche des libertés organisée samedi dans toute la France contre les idées d'extrême droite, le n°2 du Rassemblement national le présente comme le premier parti ouvrier de France.

La marche des libertés, qui se tient ce samedi dans plusieurs villes à l'appel d'organisations syndicales, politiques et associatives, voit la gauche défiler contre les idées de l'extrême droite.

Mais pour Jordan Bardella, vice-président du Rassemblement national, le RN n'a pas de leçon à recevoir de la gauche.

"Monsieur Mélenchon est sorti de la république. Il a fait la course depuis 2017 à tout ce que la radicalité peut produire de pire dans notre pays, en appelant à désarmer la police, en émettant des propos complotistes", attaque-t-il à l'antenne de BFMTV

Une référence à la déclaration dimanche dernier du chef de file de la France insoumise, qui prévenait d'un "grave incident ou un meurtre" en amont de la présidentielle de 2022 pour "inventer une guerre civile".

Le RN, "premier parti ouvrier de France"

Pour Jordan Bardella, ceux qui manifestent pour les droits sociaux et contre le Rassemblement national se trompent de combat.

"Quand on parle beaucoup de social, on nous explique qu’on est d’extrême gauche, quand on parle d’insécurité on nous explique qu’on est d’extrême droite. En réalité, beaucoup d'ouvriers qui votaient pour le Parti communiste dans les années 1990 votent aujourd'hui pour le Rassemblement national, rappelle-t-il. Le Rassemblement national est le premier parti ouvrier de France, donc nous n’avons pas de leçon à recevoir sur ces sujets-là de la part de la gauche et notamment de la France insoumise."
Samuel Kahn