BFMTV

Pour François Bayrou, les élections locales "sont à déconnecter des étiquettes"

François Bayrou sur BFMTV-RMC, le 13 juin.

François Bayrou sur BFMTV-RMC, le 13 juin. - BFMTV

Le maire de Pau et président du MoDem était l'invité de BFMTV et RMC ce jeudi matin.

Invité ce jeudi matin de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV-RMC, le président du MoDem, François Bayrou est revenu sur le discours de politique générale prononcé mercredi à l'Assemblée nationale par le Premier ministre Edouard Philippe, et à l'issu duquel le gouvernement a obtenu la confiance des députés. Considérant que l'on se trouve à un tournant du quinquennat, le maire de Pau a estimé que l'"on a vu hier, la dimension du défi et du combat".

"Ce qui est en jeu, c'est un projet de société, un changement de société", a encore fait valoir François Bayrou. "Au lieu de la loi du plus fort, c'est la loi du plus juste. Et donc on s'attaque aux questions de fond". 

"Il faut travailler avec toutes les bonnes volontés disponibles"

A la question de savoir si Emmanuel Macron et Edouard Philippe sont en train de gouverner au centre, le patron du MoDem a répondu: "Si ce rêve se réalise, je serais le plus heureux", avant de reconnaître que "oui, c'est exactement ça le projet". "Il faut dépasser les étiquettes. (...) Il faut travailler avec toutes les bonnes volontés disponibles", a-t-il martelé, alors que les Verts se sont imposés comme une force politique majeure lors des dernières européennes. 

Quant à savoir si des alliances pourront se créer pour les municipales de 2020, alors que LaREM doit va présenter prochainement ses premiers candidats, François Bayrou a dit n'avoir "jamais pensé aux municipales en termes d'étiquettes". "Chaque fois qu'on a essayé d'y penser en termes d'étiquettes, on s'est cassé la figure. (...) Je pense que les élections locales sont des élections à déconnecter des étiquettes", a-t-il ajouté. 

Réagissant aux exemples de villes comme Bordeaux, Nice ou Toulouse, trois villes dirigées par Les Républicains, François Bayrou a estimé que "lorsqu'un maire défend un bon projet, il faut essayer de rassembler autour de lui des forces qui permettent d'avancer". "Les rassemblements les plus larges sont utiles, dès l'instant que les élus respectent les valeurs qui sont les nôtres, et qu'ils ne soient pas partisans".
Adrienne Sigel