BFMTV

Pour Accoyer, "tout est à revoir" dans les partis politiques

Le patron de Les Républicains était, ce dimanche, l'invité de BFM Politique.

Le secrétaire général de LR, Bernard Accoyer, a estimé ce dimanche sur notre antenne que son parti avait besoin d'un "puissant renouvellement", auquel il compte travailler dans les prochains mois jusqu'à l'élection d'un nouveau président.

Sur "la conception de ce que doit être un parti politique aujourd'hui, tout est à revoir", a-t-il lancé, annonçant avoir "demandé à de très jeunes intellectuels d'y réfléchir déjà".

L'ancien président de l'Assemblée nationale considère que les partis "sont confrontés à une crise aiguë". "Les partis politiques, même s'ils ont mauvaise réputation, sont utiles et figurent d'ailleurs dans la Constitution comme acteurs indispensables de la vie démocratique", a défendu l'élu Les Républicains, qui se réclame pourtant du gaullisme. 

Deux droites chez Les Républicains

Bernard Accoyer a acté l'existence de deux lignes distinctes au sein du parti Les Républicains, admettant qu'"il y a la ligne d'un rassemblement très large, qui va de la droite jusqu'au centre, et une position plus tranchée, plus à droite, qui peut avoir plus de mal à rassembler", ajoutant que "la division est facteur d'affaiblissement". 

Si bien que le secrétaire général des Républicains reconnaît le risque de scission du groupe LR à l'Assemblée après les législatives: "Tout est possible. (...) Depuis des mois, nous sommes devant des événements que personne n'aurait imaginés". Il tient cependant à rassurer les électeurs de droite: "Nous ferons tout avec Christian Jacob et François Baroin pour l'éviter."

Rendez-vous à l'automne

Au parti, "ce qui s'est passé depuis quelques mois, avec la fin de la carrière politique de Nicolas Sarkozy, d'Alain Juppé, de François Fillon, nous met dans une situation nouvelle, nous avons un leadership à définir", a-t-il observé.

"L'élection du président de LR à l'automne nous fera avancer sur cette voie, mais nous ne manquons pas de talents, il y a des présidents et présidentes de région qui ont beaucoup de talent et, je l'espère, beaucoup d'ambition", a conclu Bernard Accoyer, sans citer de noms.

L.N. avec AFP