BFMTV

Plusieurs élus parisiens LR appellent à une "stratégie d'ouverture" pour les municipales

Rachida Dati, le 29 mai 2019

Rachida Dati, le 29 mai 2019 - BFMTV

Dans un texte adressé à la direction LR, plusieurs élus parisiens expliquent refuser de se "laisser imposer une ligne politique ou la future tête de liste" pour les municipales 2020.

Mardi, six des neuf maires d’arrondissement élus l'étiquette Les Républicains à Paris ont signé un texte commun, adressé à la direction de leur parti. Ils expliquent refuser de se "laisser imposer une ligne politique ou la future tête de liste" pour les municipales 2020.

Plusieurs candidats se sont déjà déclarés à la mairie de Paris comme Rachida Dati, Jean-Pierre Lecoq et Marie-Claire Carrère-Gee. Mais face au revers du parti aux élections européennes, dimanche, qui s'est placé quatrième avec 8.44% et 10.19% à Paris, certains élus plaident pour une "stratégie d'ouverture".

Parmi eux, le maire du 15e arrondissement, Philippe Goujon, se dit convaincu que "ce n'est pas une stratégie de se recroqueviller sur LR, qui représente beaucoup moins qu'attendu". "Nous souhaitons porter un projet collectif d'alternance, ouvert et construit au-delà des logiques partisanes", écrivent ainsi les six élus dans leur texte.

Un nouveau groupe au conseil de Paris

Plusieurs élus envisagent, dans cette optique, de créer un nouveau groupe au Conseil de Paris.

"Nous sommes en réflexion", a déclaré le maire du 15e arrondissement, Philippe Goujon. "Toutes les options sont ouvertes pour mettre en adéquation la stratégie d'ouverture et de rassemblement, et la structure" qui la permettra, a-t-il poursuivi. "Pour le moment je suis adhérent LR, ça durera le temps que ça durera", a-t-il ajouté.

Réclamée par plusieurs élus parisiens, l'idée d'une primaire a été rejetée par le patron des LR Laurent Wauquiez. Ce dernier a par ailleurs souhaité un "candidat aux municipales membre de LR", selon plusieurs participants au petit-déjeuner organisé début décembre avec les maires et parlementaires parisiens.

"Si on y va tout seul, avec les maigres contingents LR, je ne suis pas sûr qu'on gagne les élections municipales", ajoute Philippe Goujon, qui estime que la candidature de l'élu de centre-droit "Pierre-Yves Bournazel fait partie des candidatures qu'il faut prendre en compte".

"Rien n'est encore fait mais nous travaillons" à un rassemblement et "les lignes pourraient bouger la semaine prochaine", soufflait une autre source proche de LR. La formation d'un nouveau groupe à droite pourrait survenir avant le prochain conseil de Paris, du 11 au 14 juin.

"Ils veulent une droite chewing-gum"

La maire du 7e arrondissement et candidate déclarée Rachida Dati a répliqué sur notre antenne: "Le rassemblement ce n'est pas aller dans une petite salle et dire 'J'ai peur de perdre mon arrondissement donc j'enlève mon étiquette, mes convictions, je suis pour tout mais je suis rien, pour tout le monde mais avec personne'. Paris mérite mieux".

"Ils veulent une droite chewing-gum, qui finit collée sous la semelle des marcheurs!", s'est-elle exclamée, avant de tacler Pierre-Yves Bournazel: il "vote contre nous au national, mais il a toujours un pied comme un refuge dans notre groupe, à un moment donné il faut de la clarté".

"Je n'appartiens pas à Laurent Wauquiez, je suis de droite. (...) J'ai des idées, j'ai fait des propositions, sur la sécurité, sur les familles, je vais continuer sur l'environnement", a ajouté Rachida Dati. 

Cyrielle Cabot