BFMTV

Plusieurs bureaux de vote évacués à Haguenau, Besançon et Saint-Omer

Un bureau de vote près de Toulouse (photo d'illustration).

Un bureau de vote près de Toulouse (photo d'illustration). - Eric CABANIS / AFP

Alors que l'élection présidentielle se déroule sous haute sécurité, plusieurs bureaux de vote ont été momentanément évacués durant la matinée dans trois villes. Il s'agissait à chaque fois d'une fausse alerte.

Plus de peur que de mal, ce dimanche matin, à Haguenau, Besançon et Saint-Omer. Alors que le premier tour de l'élection présidentielle se déroule sous très haute surveillance, quelques jours après l'attaque qui a causé la mort d'un policier sur les Champs-Elysées, plusieurs bureaux de vote ont été évacués pour des raisons de sécurité.

A Haguenau, en Alsace, une glacière dont dépassaient des fils électriques, retrouvée devant le bureau de vote, a provoqué sa fermeture vers 10h30, ont rapporté L'Alsace et l'AFP. Le journal local précise que les choses étaient rentrées dans l'ordre à midi. 

2 véhicules suspects retrouvés près des bureaux de vote

A Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais, deux bureaux de vote ont été évacués à cause de la présence à proximité d'une voiture suspecte.

"Ses portes et fenêtres étaient ouvertes mais pas le coffre", selon le maire de Saint-Omer François Decoster. "D'où l'inquiétude et le signalement fait par la mairie de Saint-Omer, conformément à la circulaire émise par le ministère de l'Intérieur", a précisé France 3 Hauts-de-France sur son site.

Les deux bureaux ont pu rouvrir en fin de matinée, après l'établissement d'un périmètre de sécurité et l'intervention des démineurs, qui ont fait exploser un objet retrouvé dans le coffre du véhicule.

A Besançon, deux bureaux de vote ont également été brièvement fermés ce dimanche matin, après la découverte d'une arme dans une voiture volée stationnée à proximité. Là aussi, un périmètre de sécurité a été établi et les démineurs sont intervenus. Les bureaux de vote ont rouvert en fin de matinée.

Charlie Vandekerkhove