BFMTV

Placé: "le jugement" de Duflot sur Hollande "est extrêmement sévère"

Jean-Vincent Placé, ce jeudi 21 août sur le plateau de BFMTV.

Jean-Vincent Placé, ce jeudi 21 août sur le plateau de BFMTV. - BFMTV.

Alors que les écologistes, divisés sur leur stratégie, entament leurs Journées d'été et que Cécile Duflot publie un brûlot contre François Hollande, le président du groupe EELV au Sénat était ce jeudi l'invité de BFMTV.

"A force d'avoir été le président de tous, François Hollande n'a été le président de personne." Dans un livre brûlot, l'ancienne ministre du Logement EELV Cécile Duflot charge François Hollande et Manuel Valls. Un "jugement extrêmement sévère", estime ce jeudi Jean-Vincent Placé, invité de BFMTV alors que les écologistes entament pour quatre jours leurs Journées d'été.

"Nous avons concouru à faire élire François Hollande en 2012, nous avons participé au gouvernement pendant quelques mois... Nous sommes aussi comptables de ce bilan-là", rappelle sur BFMTV le président du groupe EELV au Sénat. Pour lui, "il est trop tôt pour faire un bilan du quinquennat", et ce n'est en outre "pas la période pour stigmatiser la majorité, dans la situation où elle se trouve".

"Un léger frémissement"

Une différence de vues révélatrices des divisions internes à EELV sur la stratégie à adopter face au gouvernement. "Il y a eu des échecs, des erreurs (...), la faiblesse des politiques écologiques", admet le sénateur de l'Essonne. Mais depuis le départ des écologistes du gouvernement, Jean-Vincent Placé estime pour sa part qu'il y a eu "un léger frémissement". "Certaines mesures (du gouvernement) vont plutôt dans le bon sens. Sur le plan de la transition énergétique et de la croissance verte, (la ministre de l'Ecologie) Ségolène Royal va dans le bon sens", affirme-t-il.

"Nous sommes très amis"

Pas question pour lui, néanmoins, de tacler ouvertement sa consoeur, à l'heure où les divisions des écologistes menacent d'éclater aux Journées d'été. Jean-Vincent Placé admet avoir "parlé", mercredi soir, avec Cécile Duflot à Bordeaux. "Nous sommes très amis", affirme-t-il, avant de développer: "C'est quelqu'un que j'estime beaucoup. J'ai même beaucoup d'affection pour elle". Cela, même si elle ne lui a pas offert son livre. S'il l'achètera, s'il le lira? "Bien sûr! Même si je suis beaucoup plus amateur de romans du 19e et de biographies...", admet Jean-Vincent Placé.