BFMTV

Succession d'Aubry : le mode de désignation contesté

Martine Aubry elle-même qui devrait choisir son successeur.

Martine Aubry elle-même qui devrait choisir son successeur. - -

Alors que Martine Aubry doit déterminer son choix concernant son possible successeur à la tête du parti dans la semaine, des militants s'élèvent contre le mode de désignation du futur premier secrétaire. 

Le mode de désignation du prochain premier secrétaire du PS ne fait pas l'unanimité auprès des militants. En effet, certains dénoncent une méthode "nord-coréenne".
"C'est la première fois, quinze jours avant un congrès, que je ne sais pas qui sont les candidats. Et on ne va pas me demander mon avis", déplore un militant parisien.
"Cette procédure ne me semble pas adaptée à notre parti", regrette une autre militante. "Martine Aubry a été élue par tout le monde".

Selon cette procédure adoptée en 2010, c’est en effet Martine Aubry elle-même qui devrait choisir son successeur. En juillet elle a constitué une motion de rassemblement avec Jean Marc Ayrault. Une motion qui sera majoritaire. Celui qui en sera le chef de file sera couronné à la tête du PS lors du Congrès fin octobre à Toulouse.

Votes des militants

Une procédure qui, contrairement aux militants parisiens, ne semble pas déranger les militants des fédérations du nord de la France. "Peu importe tant que le PS reste dans le sillage de la présidence", estime un militant de Roubaix (Nord).

Face aux critiques Martine Aubry a tenu à mettre les choses au point ce mardi. Il y aura bien deux votes militants : sur les motions puis sur les noms des premiers signataires des deux textes arrivés en tête au 1er tour.

dossier :

Martine Aubry