BFMTV

Pourquoi Christiane Taubira a refusé de signer la tribune de Martine Aubry

Christiane Taubira, le 23 décembre 2015

Christiane Taubira, le 23 décembre 2015 - Stéphane de Sakutin - AFP

Sa voix porte fort, très fort, à gauche, mais Christiane Taubira ne serait pas pressée de courir journaux, télés et radios. En l'attendant, ceux qui voient en elle une alternative à François Hollande pour 2017, vont devoir patienter...

Sollicitée, Christiane Taubira a refusé de signer la tribune publiée dans Le Monde par Martine Aubry et des frondeurs contre la politique du gouvernement, rapporte L'Opinion lundi. "Il fallait la laisser atterrir", comprend un signataire alors que l'ex ministre de la Justice était chez elle à Cayenne en Guyane pour quinze jours de repos. Pour autant, "nous l'attendons avec impatience", prévient-il. 

Que fera-t-elle? De candidate à la présidentielle à, pourquoi pas, futur Premier ministre en 2017 si François Hollande conservait son fauteuil, le champ des possibles est immense, comme souvent avec Christiane Taubira. Quelques jours après son départ de la place Vendôme, de New York, elle avait rappelé sa loyauté au chef de l'Etat, accréditant l'idée que les désaccords étaient avec le Premier ministre, Manuel Valls. Voilà bien un point d'accord avec le texte porté par la maire de Lille. 

"Que vais-je faire?"

Après avoir publié Murmures à la jeunesse (35.000 exemplaires écoulés) contre le projet de déchéance de nationalité, Christiane Taubira présentera avant l'été en librairie Etre ministre. Entre temps, elle multipliera les conférence de Montréal à Washington, en passant par Liège où elle était vendredi dernier

Enigmatique, elle lançait à la tribune: "Que vais-je faire? La gauche perd trop de batailles. Je ne vais pas m’accommoder de ça". A une journaliste de France Inter qui lui demandait ce qu'elle faisait de son temps libre désormais, Christiane Taubira a répondu, "ça va cesser." Entre temps, elle a aussi échangé avec Marisol Touraine ou Jean-Christophe Cambadélis, deux personnalités plutôt proches de François Hollande sur l'échiquier du PS.

Selon L'Opinion, si le président de la République "mérite" la considération de Christiane Taubira, c'est "que lui a su reconnaître en elle un talent." 

dossier :

Martine Aubry

S.A.