BFMTV

Législatives partielles: affaibli, le PS refuse de s’alarmer

L'Assemblée nationale.

L'Assemblée nationale. - -

Le porte-parole du Parti socialiste, David Assouline, a assuré lundi que le parti n'était pas "plus inquiet que cela" et qu'il disposait toujours d'une "majorité pour continuer à réformer". Le parti au pouvoir a perdu dimanche deux sièges de députés lors de législatives partielles.

Officiellement, il n'y pas d'inquiétude. Alors que sa majorité à l’Assemblée nationale s'érode à chaque élection partielle, le parti au pouvoir refuse la psychose, arguant d'une position toujours favorable. "Le groupe socialiste seul dispose toujours de la majorité absolue", a ainsi affirmé David Assouline, le porte-parole du PS.

"Nous pensons que notre alliance de gauche est durable, que ce soit avec les écologistes ou les radicaux de gauche et donc nous ne sommes pas plus inquiets que cela", a poursuivi le sénateur de Paris. "Nous avons la majorité pour continuer à réformer et à faire en sorte que les engagements du président de la République sur l'ensemble de la mandature soient tenus".

Il a également pointé du doigt "une démobilisation générale énorme qui donne comme principal vainqueur malheureusement l'abstention" dans la 1ère circonscription des Français de l'étranger.

La "mauvaise foi" de Copé

Dans cette circonsription, le "résultat est serré", a jugé David Assouline, saluant la campagne du candidat socialiste Franck Scemama. "Tous les observateurs ne peuvent pas à partir de ces scrutins tirer une espèce d'état général du rapport de l'opinion", a-t-il poursuivi

Ce dernier réagissait notamment aux propos du président de l'UMP, Jean-François Copé, qui a analysé les résultats de ces deux scrutins comme "un message de désaveu très clair que les Français envoient à François Hollande et à son gouvernement".

"À chaque fois que Jean-François Copé parle, c'est pour être dans l'exagération, dans une assez grande mauvaise foi qui ne lui réussit pas", a-t-il dit.

Le PS a perdu deux sièges dimanche à l'Assemblée nationale, remportés par le sarkozyste Frédéric Lefebvre (UMP) et le vice-président du Crif Meyer Habib (UDI). Les scrutins étaient organisés pour remplacer des socialistes élues en mai 2012, dont les comptes de campagne ont été invalidés, entraînant leur inéligibilité pour un an.


À LIRE AUSSI:

>> La majorité absolue du PS menacée, ses alliés se réjouissent

>> Une candidate PS éliminée dès le premier tour d'une législative partielle

>> Législative partielle en Amérique du Nord: Lefebvre (UMP) en tête du 1er tour

>> Législative partielle: 17 candidats briguent la place de Cahuzac dans le Lot-et-Garonne

>> Législatives: le PS obtient la majorité absolue à l'Assemblée

Emmanuel Bringuier avec AFP