BFMTV

Hollande attendu par son propre camp

François Hollande

François Hollande - -

A la veille de l'intervention de François Hollande, la tension grandit à gauche, alors que les mauvais chiffres de l'économie se succèdent, dix mois après le retour des socialistes au pouvoir.

L'intervention télévisée de François Hollande suffira-t-elle à réduire le malaise qui grandit à gauche? L'un des signes les plus perceptibles de cette tension a été la rapidité et la vivacité des réactions socialistes après que l'un des leurs, le député Pascal Cherki, s'en soit pris vertement au président Hollande lui-même.

"La situation est très grave. Quand on est président de la France, on n'est pas conseiller général de canton, on prend la mesure de la situation et on change de braquet", a lancé le député de Paris, qui appartient à l'aile gauche du PS.

Des propos "inacceptables" pour Désir

Cette attaque directe contre le chef de l'Etat, venue de leurs propres rangs, a hérissé les responsables socialistes: propos "inacceptables" pour Harlem Désir, le numéro un du PS, "totalement irresponsables", a renchéri le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux.

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a enfoncé le clou, qualifiant les déclarations de Pascal Cherki "d'assez intolérables". 

Le député de Paris a cherché à apaiser le climat mercredi. "C'est mon président, je le soutiens. Et je souhaite qu'il réussisse. Et c'est justement parce que je souhaite qu'il réussisse que je l'ai interpellé. Je pense que l'heure est grave et il faut que nous en tirions les conséquences. Sur le fond, je ne retire pas un mot de ce que j'ai dit", a-t-il ajouté.

L'inquiétude grandit

Ce ne sont pas les derniers chiffres du chômage, mardi soir, qui ont mis du baume au coeur de la majorité, avec en février un 22e mois consécutif d'augmentation des demandeurs d'emploi, avec 3,187 millions de chômeurs.

L'élection législative partielle dans l'Oise, remportée dimanche dernier par le candidat UMP, talonné par le FN, et où la candidate socialiste avait été éliminée dès le premier tour, a contribué aussi à alourdir le climat.


A LIRE AUSSI:

>> "Président, pas conseiller général", un député PS secoue Hollande

>> Emploi: 18.400 nouveaux chômeurs en février

>> Hollande en pédagogue de la crise et du chômage sur France 2

>> Législative dans l'Oise: victoire de l'UMP Jean-François Mancel