BFMTV

Bruno Julliard sur sa démission: Anne Hidalgo "n'a pas accueilli ma décision avec un grand sourire"

Bruno Julliard et Anne Hidalgo à Paris en octobre 2013.

Bruno Julliard et Anne Hidalgo à Paris en octobre 2013. - Joël SAGET / AFP

L'ancien premier adjoint de la mairie de Paris est revenu ce lundi sur sa démission, reconnaissant qu'Anne Hidalgo n'avait pas "accueilli la décision avec grande satisfaction".

Quelques heures après avoir annoncé qu'il quittait son poste de premier adjoint à la mairie de Paris, Bruno Julliard s'est confié sur RTL sur ses derniers échanges avec Anne Hidalgo à l'annonce de sa décision. 

"Elle n’a pas accueilli ma décision avec une grande satisfaction et un grand sourire" a reconnu l'ancien bras droit de la maire de Paris. "La discussion a été franche".

"Les désaccords se sont multipliés, aggravés"

Dans un entretien au Monde ce lundi matin, Bruno Julliard dit avoir regretté l'exécution qu'il juge "défaillante" de certaines mesures comme la piétonisation des voies sur berges. L'ancien premier adjoint évoque aussi l'annulation du marché des panneaux publicitaires ainsi que la responsabilité des difficultés rencontrées par les services Autolib' et Vélib'. 

"Même si nous étions très complémentaires en 2014, je suis forcé de constater que depuis deux ans et surtout la dernière année, les désaccords se sont multipliés, aggravés" lance-t-il au micro de RTL ce lundi.

"Nous sommes en déficit de résultats"

Bruno Julliard dit aussi s'inquiéter de l'"opportunisme" des orientations d'Anne Hidalgo en vue des municipales de 2020, citant l'armement de la police municipale et la gratuité des transports en commun.

"Lorsqu'il y a quelques semaines elle m’a proposé de prendre la direction de sa future campagne en prévision des élections de 2020, j’ai dû réfléchir à ma place dans le dispositif et je suis arrivé à la conclusion qu’il était préférable d’être fidèle à ses convictions, ne pas faire semblant. Quand on n’y croit plus, il est préférable d’être honnête" poursuit Bruno Julliard, qui a été remplacé dans la journée par Emmanuel Grégoire.

Sur Twitter, la maire de Paris a affirmé avoir "pris acte de la décision personnelle de Bruno Julliard (...) et respecter son choix". L'ancien proche d'Anne Hidalgo, de son côté, ne s'est pas privé d'une dernière offensive à propos de ses résultats à la mairie de Paris.

"Quand on dirige une ville comme Paris, il faut avoir des convictions" lance-t-il d'abord. "Mais le meilleur moyen de servir ses convictions c’est de s’assurer que les résultats concrets de notre politique seront efficaces et utiles pour les Parisiens et les Parisiennes, et de fait, constatons que depuis plusieurs mois nous sommes en déficit de résultats, c’est le dernier moment pour en prendre conscience."
dossier :

Anne Hidalgo

Jeanne Bulant