BFMTV

Bartolone: "Il faut régler le problème de l'écotaxe dans les six mois"

-

- - -

Invité jeudi matin sur BFMTV et RMC, Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale, a voulu rassurer les cheminots en grève à la SNCF, les opposants à l'écotaxe, tout en plaidant pour un renforcement de l'Europe de la défense.

Invité jeudi matin de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale, a d'abord commenté la grève à la SNCF: "Je comprends l'inquiétude des cheminots, qui se rendent compte que leur entreprise doit bouger (...). On leur a fait acheter des TGV à crédit, il faut maîtriser l'endettement [mais] l'embauche continuera à la SNCF".

La pause de l'écotaxe va rapidement poser un problème sonnant et trébuchant à l'Etat, qui doit faire face à un manque à gagner de 200 millions d'euros pour 2014. Claude Bartolone, lui, plaide pour que "le problème de l'écotaxe" soit réglé "dans les six mois", mais ne veut pas "qu'on se précipite et qu'on provoque un blocage supplémentaire. Il faut tenir compte de la situation des petits transporteurs en particulier".

La paix n'est pas "un acquis pour toujours"

Interrogé sur la solitude de la France en Centrafrique, sans appui militaire des autres pays de l'Union européenne, Claude Bartolone rappelle qu'"il va y avoir un sommet européen sur la défense. [François Hollande] va demander une préoccupation plus importante de l'Union européenne sur la question de l'Afrique (...). En 2050, 700 millions de personnes parleront le français, 85% seront en Afrique. Rien que pour ça, nous avons une responsabilité [en Afrique]. Cette foutue Europe s'est trop occupée du capital"... et pas assez des questions de défense, sous-entend Claude Bartolone.

"Pour l'Europe c'est stratégique de s'occuper de la défense", plaide le président de l'Assemblée. "On a l'impression que la paix est un acquis pour toujours, non, il faut toujours être attentif".

Claude Bartolone balaye le sondage Ifop selon lequel 46% des Français préféreraient voir Nicolas Sarkozy à la place à la place de François Hollande à l'Elysée. "Ce n'est pas le problème que les Français ont en tête actuellement. Ce qu'ils veulent, c'est qu'on puisse répondre à leurs inquiétudes, d'abord le chômage".

Le président de l'Assemblée est-il "le parrain de la Seine-St-Denis", ainsi que l'a déclaré la maire EELV de Montreuil, Dominique Voynet?
"C'est vrai que j'ai des origines siciliennes, j'ai une bague au doigt, c'est mon alliance. Pour réussir en politique il faut aimer son territoire et les habitants de son territoire". Une pique contre Dominique Voynet, qui a choisi de ne pas se représenter à Montreuil? "Posez la question aux habitants de Montreuil", s'amuse Claude Bartolone.

A.L.M.