BFMTV

Après les violences à Paris, le coup de gueule d'Anne Hidalgo: "Il faut sortir de ce cauchemar"

Anne Hidalgo.

Anne Hidalgo. - AFP

Dans Le Parisien, la maire de la capitale se dit "extrêmement choquée" par l'étendue des dégâts causés samedi par les manifestants.

Elle dit vouloir demander des comptes au gouvernement. Au lendemain du déferlement de violences dont Paris a été le théâtre samedi, la maire de la ville, Anne Hidalgo, exprime son courroux dans les colonnes du Parisien. "Je suis extrêmement choquée par ces violences", déclare-t-elle.

"Les dernières infos laissaient (...) présager une situation de violence mais là... c'est effrayant. Je partage totalement la colère des Parisiens", affirme Anne Hidalgo. "Je suis vraiment en colère. (...) Paris a su se relever du pire, je pense notamment aux attentats, mais tous ces efforts sont ruinés", ajoute-t-elle.

"Je vais rencontrer le Premier ministre"

Selon l'édile, les forces de l'ordre étaient en capacité "de maîtriser une situation comme celle que nous venons de vivre".

"Je vais rencontrer très rapidement le Premier ministre. J'attends du gouvernement des explications, des réponses, qui n'excuseront en rien ces violences. Mais il faut sortir de ce cauchemar. Cette fois, ça suffit", tonne Anne Hidalgo, qui a participé samedi à la "Marche du siècle" pour le climat, aux côtés d'Olivier Faure et de Raphaël Glucksmann. 

"Ce que j'ai vu ce soir, ce sont des groupes d'extrême droite qui veulent fragiliser les démocraties et des groupes de pilleurs", précise par ailleurs la maire de Paris. Dans son récit détaillé des événements, Mediapart fait état de gilets jaunes "à nombre égal avec les membres du black bloc" face aux forces de l'ordre.

Jules Pecnard