BFMTV

Affaire Tapie: Désir accuse Sarkozy

Harlem Désir en avril 2013

Harlem Désir en avril 2013 - -

Le premier secrétaire du PS estime que l'ex président de la République a sa part de responsabilités dans l'affaire Tapie-Adidas qu'il qualifie "d'affaire d'Etat".

"C'est une affaire d'Etat d'une extrême gravité". Dans une interview à Libération (article payant) ce jeudi, Harlem Désir, premier secrétaire du PS met en cause Nicolas Sarkozy dans l'affaire Tapie-Adidas.

Le responsable socialiste estime que "la décision de passer par un arbitrage privé n'a pas pu être prise sans, a minima, que Nicolas Sarkozy ait été mis à l'époque au courant ou bien ait pu donner son aval."

Et le numéro un du Parti socialiste d'ajouter: "le responsable de cette décision était le premier personnage de l'Etat: Nicolas Sarkozy".

Il poursuit: "C'est une affaire d'Etat d'une extrême gravité. Compte tenu des sommes en jeu et de l'aberration des décisions prises lorsqu'on connaissait les liens entre Tapie et Sarkozy."

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, ministre UMP de l'Economie à l'époque où le tribunal arbitral a octroyé 403 millions d'euros à Bernard Tapie, a été placée sous statut de témoin assisté la semaine dernière. Ce mercredi, c'est l'ex haut magistrat Pierre Estoup, l'un des trois juges du tribunal arbitral, a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée, les juges le soupçonnant d'avoir favorisé l'homme d'affaires.


À LIRE AUSSI :

>> Affaire Tapie: qui est soupçonné de quoi?

>> Affaire Tapie: Borloo dément tout rôle dans le choix de l'arbitrage

>> Bernard Tapie devra-t-il rembourser? "Irréaliste", selon lui

dossier :

Affaire Tapie

BFMTV avec AFP