BFMTV

Le chef de file des sénateurs PS veut reporter les régionales à 2016

Didier Guillaume le 7 novembre 2012 lors d'une réunion sur la ligne TGV Lyon-Turin, au Sénat à Paris.

Didier Guillaume le 7 novembre 2012 lors d'une réunion sur la ligne TGV Lyon-Turin, au Sénat à Paris. - -

Didier Guillaume, président du groupe socialiste au Sénat, préconise de reporter d'un an les élections régionales et départementales prévues en 2015 pour entamer la réforme des collectivités territoriales souhaitée par Manuel Valls.

Des régionales en 2016? C'est ce que propose Didier Guillaume, président du groupe socialiste au Sénat.

"Si on veut aller aux élections régionales et départementales dans la clarté, alors je propose qu'on mette sur la table le report d'un an des régionales et des départementales en 2016 pour nous laisser le temps d'aborder cette nouvelle phase de la décentralisation, cette nouvelle configuration de l'architecture territoriale, la fusion des régions et la réorganisations des départements", a déclaré Didier Guillaume dans une interview publiée sur le site internet de Public Sénat.

"Il faut laisser du temps. Le Premier ministre a dit qu'il voulait réhabiliter le Parlement. C'est l'occasion de le faire. Ce sera gagnant pour tout le monde. Il faut une concertation nationale. On a 18 mois pour inventer la nouvelle architecture", a déclaré le sénateur de la Drôme, élu à la tête des sénateurs PS après l'entrée au gouvernement de François Rebsamen.

Contre la suppression des conseils généraux "en zone rurale"

Lors de sa déclaration de politique générale, Manuel Valls a exposé sa volonté de diviser par deux le nombre de régions d'ici à 2017 et de supprimer les conseils généraux à l'horizon 2021.

"La suppression des départements, ça ne veut rien dire. Pour les conseils généraux qui sont en ville ou dans les zones urbaines, c'est évident. Mais on ne peut pas supprimer les conseils généraux en zones rurales", a nuancé Didier Guillaume.

"Si les conseils ancienne formule sont supprimés, il faudra inventer une structure ou une fédération d'intercommunalité pour faire de la péréquation financière et de la solidarité territoriale. Il faut que les petites communes soient aidées. Le groupe PS fera des propositions", a-t-il assuré.

A. D. avec AFP