BFMTV

Départ de LaREM: Orphelin aimerait que les actes de Macron "soient plus forts" en matière écologique

Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire, a quitté le groupe La République en marche.

Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire, a quitté le groupe La République en marche. - Capture d'écran BFMTV

Le député de Maine-et-Loire a annoncé mercredi qu'il quittait le groupe La République en marche à l'Assemblée, au lendemain du vote en première lecture de la proposition de loi dite "anti-casseurs".

Sans amertume? Invité ce jeudi matin sur BFMTV et RMC, le député de Maine-et-Loire Matthieu Orphelin est revenu sur son départ du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale.

Cette décision, dont il reconnaît qu'elle n'est "peut-être pas idéale", a été annoncée la veille dans un courrier interne adressé à ses collègues. "J'ai vraiment beaucoup d'estime pour le Président", a-t-il affirmé, rapportant ses multiples échanges avec Emmanuel Macron sur la nécessité d'aller "plus vite" dans le domaine environnemental

Interrogé sur la façon dont le chef de l'État s'empare des sujets écologiques, Matthieu Orphelin a déclaré ne pas le voir "dans les priorités" de l'exécutif. "J'aimerais que les actes soient plus forts", a-t-il poursuivi, assurant qu'il ne regrettait, pour autant, "pas du tout" son engagement auprès d'Emmanuel Macron dès janvier 2017, durant la campagne présidentielle.

Rendez-vous du climat

"Il reste trois ans" pour agir, a prévenu le proche de Nicolas Hulot. "C'est pour ça que je tire la sonnette d'alarme", a-t-il ajouté, rappelant qu'il avait toujours pris ses "responsabilités" en matière de votes et de prises de position à l'Assemblée nationale. Et ce malgré les critiques exprimées régulièrement par ses collègues, publiquement ou en coulisses. "Je crois qu'il faut réinventer (le) dialogue entre le gouvernement et la majorité", estime-t-il. 

Matthieu Orphelin se demande si l'actuel gouvernement et sa majorité parlementaire sont "au rendez-vous de l'histoire sur les enjeux du climat". Il a tenu, en revanche, a souligné certains moments symboliques importants, comme la réponse d'Emmanuel Macron à Donald Trump lorsque ce dernier avait décidé de quitter unilatéralement les Accords de Paris. 

Pour l'heure, l'élu écologiste siégera sur les bancs des non-inscrits au palais Bourbon. Il s'impliquera davantage dans son collectif transpartisan consacré à la transition écologique et solidaire. "Je veux rester transversal", a-t-il résumé auprès de BFMTV.com.

Jules Pecnard