BFMTV

Cahuzac veut conserver son siège de député selon Bartolone

L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac

L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac - -

Le président de l'Assemblée affirme avoir eu un long entretien téléphonique avec l'ancien ministre du Budget. Conversation au cours de laquelle il a tenté de dissuader Jérôme Cahuzac de revenir à l'Assemblée.

"Démissionné" de son poste de ministre du Budget par François Hollande après sa mise en examen et lâché par l'ensemble du gouvernement depuis ses aveux publics, Jérôme Cahuzac espèrerait toujours conserver son mandat de député.

Selon le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, l'ancien ministre du Budget lui aurait formulé le souhait, par téléphone, de revenir sur les bancs de l'Assemblée.

Pas une bonne idée pour Claude Bartolone

Mais cette perspective n'enchante guère Claude Bartolone. "J'essaye de lui faire comprendre qu'il ne peut pas le faire. C'est pas la justice qui l'en empêche, il n'a pas été condamné, mais compte tenu de son attitude, ce ne serait pas une bonne chose, ni pour lui, ni pour le pays", a expliqué vendredi le président de l'Assemblée sur France Info.

En théorie, rien ne s'oppose à ce retour, auquel Jérôme Cahuzac a le droit. Depuis la réforme constitutionnelle de juillet 2008, tout ex-ministre, ayant démissionné ou été victime d'un remaniement, recouvre automatiquement son siège de au bout d'un mois, sauf s'il y renonce.

Toutefois, l'exécutif a déjà invité Jérôme Cahuzac à la plus grande discrétion. Jeudi, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a demandé à Jérôme Cahuzac de renoncer à ses indemnités d'ex-ministre.

Mardi, il lui avait déjà demandé de quitter la vie politique. "J'ai eu un échange avec lui et je lui ai dit qu'il nous avait trahis", avait-il alors déclaré. "Je lui ai demandé de ne plus exercer de responsabilité politique." Jérôme Cahuzac a jusqu'au 19 avril pour faire connaître son choix.

Sandrine Cochard