BFMTV

Municipales: LaREM n'exclut pas Villani du parti et maintient son appel au rassemblement

Cédric Villani lors de l'annonce de sa candidature à la mairie de Paris.

Cédric Villani lors de l'annonce de sa candidature à la mairie de Paris. - BFM Paris

Loin de l'exclure, le délégué général de LaREM, Stanislas Guérini, a souhaité garder une main tendue vers le candidat dissident, appelant de nouveau au rassemblement.

Fin du suspense. Ce mercredi soir, Cédric Villani a annoncé sa candidature à la mairie de Paris, mettant fin aux doutes quant à ses intentions pour la capitale, deux mois après sa défaite à l'investiture LaREM au profit de Benjamin Griveaux. Selon un communiqué du parti, le député de l'Essonne ne sera cependant pas exclu du parti. 

"Cédric Villani a annoncé son intention d’être candidat aux élections municipales à Paris et nous le regrettons. Ce choix va à l’encontre des règles collectives du mouvement auquel il appartient et rompt l’engagement qu’il avait pris devant la Commission Nationale d’Investiture de soutenir le candidat qui serait désigné", exprime le parti dans ce communiqué. 

Un rassemblement toujours possible

Benjamin Griveaux s'est opposé il y a quelques jours à l'exclusion du parti de son rival. LaREM a décidé de se ranger à ce souhait. "Le bureau exécutif de La République En Marche partage pleinement cette volonté et ne tombera pas dans la division."

Loin de l'exclure, le délégué général de LaREM, Stanislas Guérini, a souhaité garder une main tendue vers le candidat dissident, appelant de nouveau au rassemblement.

"Je le dis, clairement, il n’y a qu’un seul candidat LaREM pour les municipales à Paris. Il s’appelle Benjamin Griveaux. J’ai la conviction qu’il est le seul aujourd’hui qui peut battre Anne Hidalgo. Je dis à Cédric Villani que je reste convaincu que sa place est à LaREM et, qu’à tout moment de cette campagne, nous aurons à cœur de rechercher le rassemblement", a, quant à lui, déclaré Stanislas Guerini, délégué général de LaREM.

Un dialogue espéré

Parmi les soutiens de Benjamin Griveaux, beaucoup continue de croire à un futur ralliement du nouveau candidat dissident. 

"Personne ne désespère dans l'entourage de Benjamin Griveaux d'une reprise du dialogue le moment venu", affirme sur BFM Paris, Eric Azière, président du groupe UDI à Paris et soutien du candidat LaREM. "Cela dépendra de la perception de sa campagne, de sa volonté à aller jusqu'au bout..."

Delphine Bürkli, la maire (ex LR) du 9e, fraîchement ralliée à Benjamin Griveaux l'espère elle aussi dans les colonnes du Parisien: "Je continue de croire que le rassemblement est la condition de la victoire pour Paris. Benjamin et Cédric sont deux personnalités différentes mais complémentaires et je plaide pour une photo de famille élargie dans les semaines qui viennent".

Cyrielle Cabot