BFMTV

Municipales à Paris: "Les primaires si ça fonctionnait bien, ça se serait vu", estime Griveaux

-

- - BFMTV

Invité sur BFMTV lundi soir, le candidat LaREM à la mairie de Paris Benjamin Griveaux est revenu sur l'absence de primaires internes pour les municipales parisiennes.

Benjamin Griveaux est candidat à l'investiture de La République en marche (LaREM) pour mener la liste à la mairie de Paris. L'ex-porte-parole du gouvernement sera en concurrence avec cinq autres postulants pour l'Hôtel de ville parisien. L'un d'entre eux sera désigné par une commission d'investiture qui auditionnera les candidats les 9 et 10 juillet prochain.

Pas de primaires donc, ce que semblent regretter quatre des postulants - Lebreton, Mahjoubi, Renson et Villani - qui réclament dans le JDD une "consultation citoyenne" et dénoncent un processus verrouillé. Benjamin Griveaux applaudit en revanche cette décision.

"On fait tous beaucoup de propositions, donc oui à la consultation sur les idées et sur le fond", déclare-t-il sur BFMTV avant de rapidement préciser qu'à En Marche "on s'est constitué contre la guerre des egos permanents, contre au fond les consultations sur les personnes", que représentent les primaires selon lui.

"Des machines à diviser, des guerres d'egos"

"Les primaires si ça fonctionnait bien ça se serait vu aux élections présidentielles [avec Benoît Hamon pour le PS], Nathalie Kosciusko Morizet serait maire de Paris, puisqu'elle était issue d'un processus de primaires", a taclé l'ex-porte-parole.

Selon Benjamin Griveaux, ces élections internes, ne sont que "des machines à diviser, à organiser des guerres d'egos". Il souligne également que, s'il est plus démocratique, le processus des primaires avait "mené à la défaite à chaque fois qu'il a été utilisé ces dernières années".

"Pour faire gagner les Parisiens, est-ce qu'il faut passer du temps à débattre entre nous ou à s'ouvrir à eux?", a également déclaré Benjamin Griveaux. Il a lancé au cours de l'interview quelques idées pour Paris: une plateforme collaborative pour les Parisiens ou encore le renforcement des contrôles des trottinettes électriques.

Quoi qu'aient pu déclarer ses adversaires LaREM, Benjamin Griveaux assure: "Je n'ai aucun doute que celui ou celle qui sera désigné, les autres s'engageront à ses côtés".
Salomé Vincendon