BFMTV

Municipales 2020: LR se défend d'avoir investi des candidats LaREM

Christian Jacob

Christian Jacob - AFP

Dans une interview au Figaro, le président des Républicains se défend de toute porosité avec le parti présidentiel en vue des élections municipales de mars.

"Arrêtons les fantasmes: jamais nous n'avons investi un candidat En marche!", s'agace Christian Jacob dans les colonnes du Figaro ce mercredi. La question porte sur les municipales, qui se tiendront les 15 et 22 mars prochains.

Dans certaines villes, des candidats Les Républicains (LR) seront aussi soutenus par La République en marche (LaREM). Comme à Rouen, note Le Figaro, ou encore à Toulouse où le maire LR sortant, Jean-Luc Moudenc, est également soutenu par LaREM. Une double "appartenance" qui provoque des remous à droite, comme le relatait Libération en décembre.

Pas de convergence des deux partis, pour Jacob

"Tous nos candidats investis nous ont été proposés par nos responsables départementaux. Quant à En marche!, ce parti est dans l'incapacité de présenter des candidats dans la plupart des communes. C'est souvent ce qui l'amène à apporter son soutien aux maires sortants d'autres familles politiques", balaye Jacob dans Le Figaro.

Comprendre: ce n'est pas LR qui converge vers LaREM mais bien l'inverse, à lire le chef de file de la droite. Pour autant, tempère Christian Jacob, si des ex-LR déçus du macronisme souhaitaient revenir dans le giron de leur parti originel, la porte ne sera pas fermée.

"Si certains, qui ont pu être trompés par Emmanuel Macron au début de son quinquennat, nous demandent aujourd'hui de les soutenir, il est tout naturel de leur tendre la main", assure le député.

10.000 conseillers municipaux visés par LaREM

Avec ce scrutin, LaREM, vise l'obtention de quelque 10.000 conseillers municipaux afin d'asseoir son assise électorale et son ancrage territorial. Un objectif compliqué par la jeunesse du parti, qui n'a pas les capacités de présenter un candidat en son nom propre dans chaque commune.

En décembre, un membre de l'équipe dirigeante de LaREM confiait à BFMTV que sur les maires sortants soutenus par LaREM, 107 étaient de droite et 63 de gauche. "Plus largement, l’objectif est de renforcer la majorité présidentielle et le président de la République en vue de 2022", assumait cette même source.

Clarisse Martin