BFMTV

Montebourg le candidat du "Made in France" héberge son site à l'étranger

L'ancien ministre du redressement productif en une du Parisien magazine en 2013

L'ancien ministre du redressement productif en une du Parisien magazine en 2013 - -

Arnaud Montebourg, tout juste candidat à la présidentielle de 2017, s'est attiré les foudres de plusieurs internautes qui se sont amusés à fouiller son site Internet.

Arnaud Montebourg a annoncé sa candidature à la présidentielle dimanche. Fervent défenseur du "Made in France", l'ancien ministre de l'Economie, devenu ensuite entrepreneur, se pose désormais en alternative à François Hollande sous le slogan "socialiste, mais pas seulement".

Mais à peine 24 heures après l'annonce de sa candidature, certains internautes se sont penchés de près sur son site internet. De quoi faire des découvertes étonnantes.

Montebourg ne fait pas le choix du "Made in France"

Nos confrères de ZDnet révèlent ainsi que le fervent défenseur du "Made in France" n’a pas choisi un hébergeur français pour son nouveau site de campagne. L'hébergeur du dit-site s'avère être Microsoft Azure, une compagnie américaine qui n’a à ce jour aucune implantation en France. ZDnet précise également qu'une simple commande traceroute (un programme permettant de suivre les chemins que des données vont prendre pour aller d'une machine à une autre afin de déceler l'adresse IP) démontre que le site est hébergé sur un serveur localisé à Amsterdam.

Un comble si l'on se souvient qu'en 2012 lorsqu'il était ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg refusait catégoriquement que la France ne devienne "une colonie numérique des Etats-Unis". Il avait fait de la création d’un cloud français l'une de ses priorités en 2013 et "appelait sans relâche les Français à consommer de façon préférentielle des biens et des services d'entreprises françaises, produits sur notre territoire."

Capture d'écran de la rubrique "Crédits" du site de campagne d'Arnaud Montebourg, le 22 août 2016
Capture d'écran de la rubrique "Crédits" du site de campagne d'Arnaud Montebourg, le 22 août 2016 © -

Des sondages truqués?

Sur Twitter, des internautes se sont encore étonnés d'une autre anomalie, plus préoccupante encore. Olivier Laurelli, cofondateur du site d’information en ligne Reflets.info et connu du monde de la sécurité informatique sous le nom de Bluetouff, a mis le doigt sur une bizarrerie au sein du code source du site.

L'équipe de campagne de l'ancien ministre a mis en ligne une série de sondages d'opinions afin que les internautes puissent soumettre des avis ou mettre leurs propositions au vote. Or dans les "stats" du site internet, l'une des variables porte un nom contenant le mot "factice"... suggérant que les chiffres pourraient être postiches.

Un démenti

Dans la foulée, l'application de vote en ligne Multivote a précisé qu'il ne s'agissait pas d'utilisateurs factices mais de comptes dits "découvertes" c'est-à-dire sans inscription qui correspondent bel et bien à des votants. Un nom de variable qui a créé une certaine confusion chez les partisans d'Arnaud Montebourg. En plus de faire le sel de ses détracteurs.

J.B