BFMTV

Mélenchon : « Le problème n’est pas le coût du travail… »

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon - -

Jean-Luc Mélenchon, co-président du Front de gauche, invité sur RMC et BFMTV ce mercredi s’en est pris à la compétitivité de la France. Selon lui « le problème n’est pas le coût du travail, c’est le prix du capital ».

Ce mercredi sur RMC et BFMTV Jean-Luc Mélenchon est revenu sur le choc de compétitivité de la France en insistant sur l’idée selon laquelle le problème français n’est pas lié au coût du travail mais à celui du capita : « J’affirme solennellement qu’il est faux de dire que le coût du travail est excessif en France », a indiqué Jean-Luc Mélenchon. « Il est même dans de nombreuses branches inférieuesr à la moyenne européenne ». Concernant la compétitivité dans l’automobile, Jean-Luc Mélenchon assure que « les ouvriers français coûtent moins cher que les ouvriers allemands car leur productivité est nettement supérieure ».

« Pas de main d’œuvre qualifiée si on ne l’éduque pas »

« Il faut que les patrons comprennent, et la plupart le comprennent, qu'on ne fait pas travailler des ouvriers malades sans les soigner, qu'on ne peut pas avoir une main d’œuvre qualifiée si on ne l’éduque pas et que s’il n’y a pas de transports en commun qui vont jusqu’à leurs boulots, qu’il n’y a pas de routes et pas d’électricité, on ne fait pas tourner un pays. Ce qu’ils appellent le coût du travail c’est son prix, c’est-à-dire ces charges collectives qui font aussi le bonheur de vivre ».

« Les baisses de cotisations, ça suffit »

« Les baisses de cotisations ça suffit. Le blabla, ça suffit, a insisté Jean-Luc Mélenchon face à Jean-Jacques Bourdin. Les baisses de cotisations à la sortie c'est l'Etat qui doit les compenser. Le problème dans notre pays, ce n’est pas le coût, le prix du travail, c’est le prix du capital. L'année dernière deux fois plus d'argent a été donné en dividendes et en intérêts pour les banques par les entreprises qu'il n'y en a eu pour payer les cotisations sociales ».

« Il ne faut pas voter le budget »

« Il ne faut pas voter le budget » , a estimé Jean-Luc Mélenchon. « Il faut voter contre parce que cette politique va à contre sens », a dit le co-président du Front de gauche. « La politique d'austérité va contracter l'activité économique qui va augmenter le chômage et diminuer les recettes de l'état. Cette démonstration a été faite en Grèce en Espagne au Portugal », a-t-il dit avant d'ajouter : « l'activité est ralentie en Australie, en Amérique du sud : quand nous ralentissons, le monde entier ralenti ».

T. de Dieuleveult avec BFMTV