BFMTV

Mélenchon attaque Le Pen en justice pour de faux tracts

-

- - -

Le dirigeant du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon a cité directement la présidente du Front national Marine Le Pen devant le tribunal correctionnel de Béthune (Pas-de-Calais) pour des tracts anonymes diffusés pendant la campagne des législatives.

Le dirigeant du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon a cité directement la présidente du Front national Marine Le Pen devant le tribunal correctionnel de Béthune (Pas-de-Calais) pour des tracts anonymes diffusés pendant la campagne des législatives.
«Face à l'inertie du commissariat de Hénin-Beaumont qui n'a pas transmis la plainte, nous avons décidé de la citer directement», a déclaré son avocate, Raquel Garrido, à la presse, précisant que l'audience aurait lieu le 19 juin. Ces tracts en français et en arabe ont été diffusés dans la circonscription de Hénin-Beaumont, où Jean-Luc Mélenchon a été éliminé au premier tour face à Marine Le Pen, qui a justifié cette contre-propagande électorale. Ils présentaient une photo de Jean-Luc Mélenchon comportant une phrase en exergue où il disait qu'il «n'y a pas d'avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb». Un autre tract le représentait en Adolf Hitler. L'avocate de Jean-Luc Mélenchon a assuré détenir l'identité des personnes qui ont monté les images de Jean-Luc Mélenchon et celle «de la première personne à l'avoir diffusée».

Juppé, Copé et NKM également visés

Elle a aussi annoncé des poursuites judiciaires contre l'ancien ministre Alain Juppé, le patron de l'UMP Jean-François Copé et l'ex-porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet.
Jean-Luc Mélenchon leur reproche de l'avoir fait passer pour un antisémite «avec la seule volonté ignoble de justifier la porosité entre le FN et l'UMP». L'ex-candidat du Front de gauche à la présidentielle fait allusion à des propos lui reprochant sa proximité avec le compositeur grec Mikis Theodorakis, présenté comme antisémite. Jean-Luc Mélenchon a perdu son pari à Hénin-Beaumont en étant devancé et éliminé dimanche au premier dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais par Marine Le Pen, arrivée nettement en tête avec plus de 42% des voix, et le socialiste Philippe Kemel, qui l'affrontera au second tour.