BFMTV

Mécénat: les incohérences d'Anne Hidalgo

A l'approche des JO de 2024, la maire de Paris Anne Hidalgo ne semble pas vouloir accepter n'importe quel mécène, même si elle n'a aucun pouvoir de décision dans ce choix.

A l'approche des Jeux olympiques de 2024, qui se tiendront dans la capitale, le Cojo (Comité d'organisation des JO) cherche à réunir des sponsors pour boucler son budget. Mais la maire de Paris Anne Hidalgo ne semble pas vouloir accepter n'importe quel mécène, même si elle n'a aucun pouvoir de décision dans ce choix. Dans un courrier adressé à Tony Estanguet, président du Cojo, elle déclare ainsi: 

"Il serait très difficilement compréhensible pour nos citoyens que soient retenues des entreprises dont l'activité aurait un lourd impact sur l'environnement". 

Si aucun nom de sponsor n'est mentionné, ce serait des discussions avancées avec le groupe Total qui irriterait l'édile, rapporte Le Parisien

Mécène du Théâtre du Châtelet

L'entreprise pétrolière a, pourtant, déjà eu l'occasion de financer des initiatives de la mairie de Paris. Comme, par exemple, la rénovation du Théâtre du Châtelet. En 2018, elle avait, en effet, passé une convention de mécénat avec la fondation Total pour financer la majorité des travaux, à hauteur de 250.000 euros. 

La société bénéficie de plusieurs contreparties, comme l'installation d'une plaque de remerciement dans le théâtre, la possibilité de se prévaloir mécène de la ville de Paris et l'utilisation du lieu pour des manifestations privées pendant une durée de cinq ans. 

Le choix des sponsors risque donc de continuer à faire débat jusqu'aux futurs JO 2024. 

dossier :

Anne Hidalgo

Marguerite Dumont avec Clément Boutin