BFMTV

Marine Le Pen s'étonne qu'Hollande ne l'ait pas invitée

La présidente du Front national Marine Le Pen s'est étonnée mardi sur France Info de ne pas avoir été invitée par le président socialiste François Hollande lors de consultations menées avec tous les partis politiques représentés au Parlement avant les som

La présidente du Front national Marine Le Pen s'est étonnée mardi sur France Info de ne pas avoir été invitée par le président socialiste François Hollande lors de consultations menées avec tous les partis politiques représentés au Parlement avant les som - -

PARIS (Reuters) - La présidente du Front national Marine Le Pen s'est étonnée mardi de ne pas avoir été invitée par le président socialiste François...

PARIS (Reuters) - La présidente du Front national Marine Le Pen s'est étonnée mardi de ne pas avoir été invitée par le président socialiste François Hollande lors de consultations menées avec tous les partis politiques représentés au Parlement avant deux sommets internationaux.

La candidate d'extrême droite est sortie renforcée de l'élection présidentielle où elle s'est classée en troisième position avec près de 18% des voix. Elle espère réaliser une percée aux législatives en permettant à son parti de faire son retour à l'Assemblée nationale.

Priée sur France Info de dire si elle souhaitait voir le chef de l'Etat, elle a dit: "c'est la moindre des choses, je représente un électeur sur cinq, je représente la troisième force politique du pays. M. Hollande, qui nous avait dit qu'il serait respectueux de la démocratie, fait exactement comme son prédécesseur".

Nicolas Sarkozy avait pourtant brisé un usage en recevant à l'Elysée en plusieurs occasions Jean-Marie Le Pen, père de Marine Le Pen.

"Je trouve que c'est un véritable scandale. Par conséquent les législatives peuvent être un moyen pour obliger la classe politique à respecter les Français, à entendre leurs véritables aspirations, et à ne pas faire de 20% de la population des sous-citoyens", a ajouté Marine Le Pen.

François Hollande a entamé lundi une série de consultations des partis politiques représentés au Parlement avant le sommet du G20 au Mexique et celui de Rio sur le développement, renouant avec une pratique devenue rare sous Nicolas Sarkozy.

Thierry Lévêque, édité par Patrick Vignal