BFMTV

Manuel Valls inquiet de la ligne "écolo-gauchiste" de Benoît Hamon 

Manuel Valls et Benoît Hamon

Manuel Valls et Benoît Hamon - Montage BFMTV - AFP

Battu par Benoît Hamon, précédemment très critique de son gouvernement, à la primaire à gauche, Manuel Valls est irrité par la campagne de son rival. Il blâme l'orientation de sa ligne et lui prédit un mauvais score à la présidentielle.

A l'issue du second tour de la primaire à gauche, Manuel Valls avait salué son vainqueur et désormais "candidat de (sa) famille politique". Mais, alors que ses partisans s'interrogent sur leur place dans la campagne présidentielle de Benoît Hamon, l'ex-Premier ministre ne s'est pas gêné ces derniers temps, en privé, pour dire tout le mal qu'il pense de la tournure des événements, comme le rapporte l'édition du 1er mars du Canard enchaîné

C'est d'abord l'alliance récente avec l'écologiste Yannick Jadot qui a motivé les critiques de Manuel Valls, devant quelques-uns de ses amis: "Puisque les militants d'Europe Ecologie ont été consultés sur l'accord avec le PS, pourquoi les militants socialistes ne le seraient-ils pas?"

"Une reprise des revendications de tous les zadistes du monde"

Sur le fond, c'est d'ailleurs le sillon suivi par l'ancien ministre de l'Education nationale en matière environnementale qui énerve Manuel Valls. Ce dernier accuse Benoît Hamon d'avoir "rompu avec la ligne réformiste du PS" au profit d' "un programme écolo-gauchiste qui tourne le dos non seulement à ce que nous avons fait depuis trois ans, mais aussi au discours de Montebourg sur la gauche industrielle et la gauche du travail. C'est une reprise des revendications de tous les zadistes du monde". 

Manuel Valls assure que Benoît Hamon "recycle l'écologie d'extrême gauche" et l'accuse, entre autres, de vouloir abandonner le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. L'ancien chef de gouvernement n'imagine cependant pas le député des Yvelines appliquer sa politique dans quelques mois. En effet, Manuel Valls se dit convaincu que Benoît Hamon terminera sa course "en-dessous des 10%" des suffrages au premier tour de la présidentielle. 

Benoît Hamon, Emmanuel Macron: "Je comprends tous les choix", dit Manuel Valls

Ce mardi soir, Manuel Valls réunissait justement ses soutiens à l'Assemblée nationale. Devant 300 personnes environ, dont une moitié de parlementaires, il a confirmé ses divergences quant aux options choisies par Benoît Hamon: "J'ai dit ce que j'avais à dire au soir de la primaire sur les règles du jeu. Je n'y reviens pas, mais je ne vous cache pas mon inquiétude surtout après l'accord entre EELV et Benoît Hamon". 

S'il a appelé ses partisans "à rester ensemble" afin d'incarner "le réformisme", Manuel Valls a aussi ajouté: "Je sais que parmi vous certains ont choisi Emmanuel Macron et d'autres restent fidèles à Benoît. Je comprends tous les choix".

dossier :

Manuel Valls

R.V. avec AFP