BFMTV

Macron ne voulait pas d'un "Etat dans l'Etat" avec Le Drian à la Défense

Jean-Yves Le Drian et Sylvie Goulard

Jean-Yves Le Drian et Sylvie Goulard - THOMAS SAMSON / AFP

"Demandez au président de la République", renvoie sèchement Jean-Yves Le Drian lorsqu'un journaliste lui demande pourquoi il n'a pas conservé le ministère de la Défense. Selon Le Canard enchaîné, qui rapporte ce propos, le nouveau locataire du quai d'Orsay aurait préféré conserver son maroquin du quinquennat Hollande, plutôt que d'être remplacé par Sylvie Goulard.

Pendant cinq ans, cet intime de François Hollande a disposé de bien plus de pouvoir que ses prédécesseurs à l'hôtel de Brienne, au point de faire plier le bras de Bercy dans les arbitrages sur le budget des armées. Une influence notamment entretenue par le directeur de cabinet Cédric Lewandowski, absent du nouveau dispositif.

Emmanuel Macron vise au contraire un retour à la "normale", avec un ministre des Armées dévolu à la gestion des troupes, tandis que les décisions stratégiques reviennent au président de la République, chef des armées. 

"En laissant en place Le Drian et Lewandowski, et tous les militaires qui leur sont redevables, le président aurait été prisonnier d'un Etat dans l'Etat", explique au Canard un proche d'Emmanuel Macron. Le ministère des Affaires étrangères reste tout de même un joli lot de consolation. 

L.N.