BFMTV

"Une vulgarité extrême": la réponse cinglante de Juppé à Wauquiez

Le maire LR de Bordeaux a jugé ce lundi que les propos tenus par Laurent Wauquiez devant des étudiants de l'EM Lyon étaient "tout à fait dévastateurs sur LR et la droite en général".

"Les propos sont d'une vulgarité extrême, le système de défense est absurde": Alain Juppé a réagi de manière incisive ce lundi aux propos tenus par Laurent Wauquiez devant des étudiants de l'EM Lyon. Celui-ci avait notamment accusé le maire (LR) de Bordeaux d'avoir "cramé la caisse". 

Tout en assurant ne pas vouloir "rajouter au désordre", l'ancien Premier ministre a confié que ça le "démange(ait)" de répondre et qu'il avait "très envie de claquer le bec à certains impudents". 

Alain Juppé a estimé devant la presse que "tout ceci (était) lamentable et repos(ait) sur de fausses informations". 

"Je relève au passage, par simple curiosité, que la ville du Puy-en-Velay, qui a été dirigée jusqu'en 2016 par Laurent Wauquiez, affiche un endettement par habitant supérieur de 20% à la moyenne des communes de sa catégorie. Je pense que certains ne sont pas fondés à donner des leçons aux autres dans ce domaine", avait-il lancé quelques minutes plus tôt lors d'un point sur la fiscalité et l'endettement de Bordeaux. 

Des effets "tout à fait dévastateurs sur LR et la droite en général"

"Le système de défense est absurde", a poursuivi Alain Juppé. "Depuis quand fait-on des cours devant des étudiants en leur demandant la confidentialité sur ce qu'on leur dit? Ça n'a pas de sens", a-t-il critiqué. 

"Et quant aux effets sur LR et la droite en général, ils sont tout à fait dévastateurs", a-t-il jugé, précisant néanmoins que cela n'allait pas "troubler (sa) sérénité ni celle de son équipe à Bordeaux". 

L'ancien ministre a par ailleurs été interrogé sur la position de Virginie Calmels, à la fois numéro deux des Républicains et première adjointe au maire de Bordeaux.

"(Elle) m'a assuré de sa totale solidarité ce matin sur la gestion de la ville de Bordeaux. Pour ses engagements nationaux, j'ai toujours suivi la même ligne: chacun fait ce qu'il veut au niveau national, dès lors qu'il y a solidarité sur la gestion locale, ça c'est la ligne rouge", a-t-il conclu. 

Liv Audigane