BFMTV

UMP: et si Nicolas Sarkozy devait payer...

Nicolas Sarkozy peut être reconnaissant, les donateurs ont versé en moyenne 86 euros.

Nicolas Sarkozy peut être reconnaissant, les donateurs ont versé en moyenne 86 euros. - -

La solution ne semble pas être la favorite de l'UMP - ni du principal intéressé. Mais Nicolas Sarkozy peut encore aider son parti à rembourser sa dette.

Alors que l'UMP vient d'obtenir un délai supplémentaire pour rembourser sa dette, l’ancien président de la République s’échine à remercier personnellement par lettre tous les généreux donateurs qui ont donné en moyenne 86 euros pour éponger la dette de l'UMP, comme l’explique Le Parisien.

La lettre de Nicolas Sarkozy "infiniment reconnaissant" aux donateurs de l'UMP pic.twitter.com/7ZhCgT8Aky
— Nicolas Sarkozy 2017 (@2017_SARKOZY) July 30, 2013

Une gratitude des plus normales, quand on sait que, si les souscriptions ne suffisaient pas, l’ancien président de la République pourrait avoir à donner un coup de pouce supplémentaire à son parti.

Nicolas Sarkozy a, pour l'heure, versé 7.500 euros, prétextant que c’était la somme maximale autorisée pour un particulier. Faux pointent spécialistes et élus, comme le député UMP Bernard Debré sur iTélé, qui l'affirme, "il aurait pu donner un peu plus". "J'aurais aimé qu'il le fasse et qu'il puisse montrer l'exemple", a affirmé l'élu parisien, précisant avoir donné 2.500 euros à titre personnel.

Le sénateur UMP de Paris Pierre Charon ne nie pas plus cette réalité dans Le Monde, mais il argumente: "il est normal qu'il ne casse pas sa tirelire alors qu'il est en désaccord avec la décision du Conseil constitutionnel". Un autre député UMP aurait même déclaré en "off" au journal du soir: "il se fout de notre gueule".

Mais comment Nicolas Sarkozy pourrait-il donner davantage ?

En remboursant lui-même

"Ces 11 millions d'euros, ne sont pas une dette du parti, mais bien la dette d'un candidat", rappelait récemment le politologue Thomas Guénolé interrogé par BFMTV.com. Nicolas Sarkozy, qui s’est porté caution solidaire du prêt peut rembourser lui-même une partie du prêt. Et sans plafonnement.

"Si l'UMP n'est pas en mesure de rembourser l'intégralité de la somme au 31 juillet, les banques ont la possibilité de se tourner vers Nicolas Sarkozy", confirme Jean-Christophe Ménard, avocat spécialiste du droit des partis politiques interrogé par Le Monde.

En utilisant les micro-partis

Nicolas Sarkozy peut aussi simplement contribuer plus, notamment en versant jusqu’à 7.500 euros à chacun des micro-partis qui entourent l’UMP. Ces nombreux "clubs", - comme Force Républicaine, de François Fillon, Génération France, de Jean-François Copé, Le Chêne, de Michèle Alliot-Marie ou toutes les entités dédiées à l'action de l'ex-président -, n'auraient ensuite qu'à reverser les sommes dans les caisses du parti.

L'UMP n'est pas sans recours

Ces scénarios demeurent toutefois peu probables et l'UMP, qui vient d'obtenir un délai pour rembourser les 11 millions, a encore des cartes à jouer avant de ponctionner son ancien leader.

Le parti pourrait demander le rééchelonnement de sa dette auprès de sa banque, quitte à contracter un nouvel emprunt. Autres solutions : l'hypothèque des biens du parti ou même un nouvel appel aux sympathisants.

A lire, la lettre de Nicolas Sarkozy aux donateurs de l'UMP.

Lettre de Nicolas Sarkozy aux donateurs de l'UMP publié par Fil_actu

A.D.