BFMTV

Sarkozy: les récentes attaques doivent être punies "avec la plus extrême rigueur"

Nicolas Sarkozy en meeting, le 13 décembre 2014.

Nicolas Sarkozy en meeting, le 13 décembre 2014. - Dominique Faget - AFP

Une fois n'est pas coutume, Nicolas Sarkozy choisit sa page Facebook pour souhaiter aux Français ses voeux de Noël. L'ancien président de la République évoque dans son post les agressions de Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes, et les condamne fermement. Il défend aussi la laïcité.

Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, affirme que les récentes agressions de Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes doivent être punies "avec la plus extrême rigueur", dans un message posté mercredi sur sa page Facebook à l'occasion des fêtes de Noël. "Je veux dire mon soutien à nos compatriotes qui viennent d'être les victimes d'une violence aveugle et démente alors qu'ils faisaient simplement leurs derniers préparatifs de fête", écrit Nicolas Sarkozy.

Selon lui, "la répétition de ces agressions devra être élucidée et punie avec la plus extrême rigueur. La faiblesse et le laxisme nous sont interdits face à de tels comportements", écrit-il.

Une pensée pour les chrétiens d'Irak

L'ex-chef de l'Etat évoque également les "chrétiens d'Orient qui vont célébrer Noël dans le dénuement le plus complet, car ils ont été chassés de leurs villages et de leurs maisons pour avoir commis le crime de ne pas prier comme leurs bourreaux". Nicolas Sarkozy fait référence aux exactions perpétrées par Daesh (ou "Etat islamique").

"En France, dans un pays longtemps miné par les guerres de religion et la tentation de l'intolérance, la laïcité est un rempart qui protège la liberté de conscience. La laïcité n'est pas là pour condamner ou pour exclure mais pour rapprocher, réconcilier et même rassembler ceux que les différences dans la foi ou l'incrédulité pourraient opposer", affirme-t-il.

"Ne pas diviser la France par des jeux de rôles"

Nicolas Sarkozy ajoute que "la France a besoin d'unité pour affronter la crise et faire face à des menaces multiples. Ne cherchons pas à la diviser par des jeux de rôles. La vie collective est toujours un équilibre fragile", soutient-il.

"Une histoire longue, tumultueuse et douloureuse nous a appris, en France, à préserver la paix civile par le culte de la tolérance et la pratique quotidienne du respect de l'autre. La célébration de Noël et la joie qui l'accompagne n'offensent personne et disent simplement ce que nous sommes", insiste-t-il.

D. N. avec AFP