BFMTV

Regroupement familial: Juppé dénonce l'attitude "pas humaine" de Sarkozy

-

- - -

Dans un long entretien au Figaro, Alain Juppé tire à boulets rouges sur les propositions de Nicolas Sarkozy, notamment sur les questions liées à l'immigration et à l'islam.

Face à son rival Nicolas Sarkozy, Alain Juppé se pose en "rassembleur". Alors que l'ex-chef de l'Etat, entré en lice cette semaine, propose de suspendre le regroupement familial en cas d'alternance en 2017, le maire de Bordeaux juge son attitude "pas humaine", dans une interview au Figaro à paraître ce samedi.

Nicolas Sarzoky "veut suspendre le regroupement familial; à mes yeux, ce n'est pas une attitude humaine. Je pense qu'il faut le maintenir à condition que la personne qui souhaite faire venir sa famille puisse justifier d'un revenu du travail", plaide Alain Juppé.

Juppé contre une loi "de circonstance" sur le burkini

Même positionnement à rebours de la ligne très droitière de Nicolas Sarkozy sur les questions liées à l'islam. Si Alain Juppé rappelle qu'il a "approuvé les arrêtés d'interdiction pris par les maires concernés", il se dit fermement opposé à toute loi "de circonstance" interdisant le burkini, après la décision du Conseil d'Etat ce vendredi qui a suspendu l'arrêté de Villeneuve-Loubet.

Alors que Nicolas Sarkozy a, comme d'autres, proposé de légiférer au plan national sur le port de ce maillot de bain controversé, Alain Juppé, lui, appelle à ne pas "jeter de l'huile sur le feu". 

L'ex-Premier ministre s'était déjà déclaré contre l'interdiction du voile à l'université prônée par Nicolas Sarkozy. "La question du port de signes religieux ostentatoires est importante, notamment en ce qu'elle peut constituer pour la femme une forme d'enfermement", explique le maire de Bordeaux. "Il faudra l'aborder clairement, comme je le propose, dans un accord global entre l'État et les représentants du culte musulman", ajoute-t-il. 

Raccord sur le "rétablissement des peines planchers"

Interrogé par Le Figaro sur ses potentiels points de convergence avec l'ancien président de la République, Alain Juppé confie certains raccords, notamment sur "le rétablissement des peines planchers, l'effectivité des peines, la construction de places de prison".

Favori des sondages devant Nicolas Sarkozy, qui entend combler l'écart creusé, Alain Juppé rappelle qu'il souhaite "rassembler la droite dans ses différentes sensibilités", à l'exception de l'extrême droite de par "des points de désaccord définitifs". Et ajoute: "S'il y a des électeurs du FN qui, notamment après le Brexit ouvrent les yeux et veulent revenir, eh bien qu'ils reviennent". 

C. P. avec AFP