BFMTV

Paris 2014: trois candidats à la primaire UMP, dont Rachida Dati, dénoncent un processus "opaque"

Rachida Dati, candidate à la mairie de Paris pour l'UMP

Rachida Dati, candidate à la mairie de Paris pour l'UMP - -

Dans un communiqué commun, Rachida Dati, Jean-François Legaret et Pierre-Yves Bournazel ont dénoncé "l'opacité et l'inéquité" du processus.

La guerre est rouverte à l'UMP. Après le feuilleton de l'automne qui avait vu se déchirer les équipes de François Fillon et de Jean-François Copé au sujet de la présidence de l'UMP, une autre crise menace le parti.

Jeudi soir, trois candidats UMP à la mairie de Paris ont ainsi dénoncé le déroulement des primaires ouvertes, dont le détail avait été dévoilé deux heures plus tôt par la fédération UMP de Paris.

"Mise à l'écart des candidats"

Dans un communiqué commun publié vers 20h, Rachida Dati, Jean-François Legaret et Pierre-Yves Bournazel "regrettent la complexité, l'opacité et l’inéquité qui président à la préparation des primaires à Paris".

Selon les trois élus, "malgré la multitude de rencontres ou réunions, les choix sont systématiquement faits en dehors de toute concertation, dans une totale opacité et une mise à l’écart des candidats qui n’en sont informés que par la presse". Ces élus critiquent ainsi "la désignation de M. Antoine Rufenacht en tant qu’autorité morale, sans qu’ils en aient été informés".

Les trois postulants affirment en outre que "le système choisi pour ces primaires, en dépit d’autres possibilités moins coûteuses, ne garantit en aucun cas la transparence et l’équité essentielles au bon déroulement et à la légitimité de ce scrutin".

Un vote électronique du 31 mai au 3 juin

Ces primaires ouvertes doivent avoir lieu du 31 mai au 3 juin, pour le premier tour, a annoncé jeudi la fédération UMP de Paris. Ce vote électronique est ouvert à tous les électeurs inscrits sur les listes électorales parisiennes, moyennant une inscription préalable et le paiement de 3 euros. Si nécessaire, un second tour sera organisé du 7 au 10 juin.

Les candidats doivent se faire parrainer par 10 élus parisiens de trois arrondissements et 300 électeurs de cinq arrondissements, et déposer ces parrainages au plus tard le 2 avril à midi auprès du Conseil supérieur des primaires (CSP).

Six candidats, dont une inconnue

Six candidats se sont déjà fait connaître, et ils sont presque tous encartés à l'UMP: la députée de l'Essonne Nathalie Kosciusko-Morizet (39 ans), la maire du VIIe arrondissement Rachida Dati (48 ans), le maire du Ier et chef du groupe au Conseil de Paris Jean-François Legaret (60 ans), le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel (35 ans), le conseiller régional Franck Margain (Parti chrétien-démocrate, 51 ans). Le sixième candidat est Douce de Franclieu, une inconnue de 53 ans, ancienne mère de famille maintenant "sans profession si ce n'est candidate", qui défend une position "de droite libérale, girondine et anti-bobo", a-t-elle expliqué.


A LIRE AUSSI:

>> Municipales: cinq femmes en campagne pour Paris

>> Municipales à Paris : NKM en tête chez les sympathisants de droite

>> Municipales à Paris: le casse-tête d'une primaire UMP

>> Municipales: "ce qui va me séparer de NKM, c'est le projet" affirme Dati

Sandrine Cochard avec AFP