BFMTV

L’UMP, proche de la faillite ?

Le nouveau chef de l'UMP devra mettre les élus à contribution.

Le nouveau chef de l'UMP devra mettre les élus à contribution. - -

Après la double défaite de l’UMP à la présidentielle et aux législatives, le parti constate que ses finances ne sont pas au beau fixe.

L’UMP serait-elle proche de la faillite ? Le budget du parti sera en tout cas un enjeu pour le futur président du parti. Dominique Dord, trésorier du parti, était encore optimiste en janvier 2012, à la tribune du Conseil national de son parti. Mais la double défaite de l’UMP, à la présidentielle et aux législatives, a tout changé.

Le trésorier doit gérer les finances de son mouvement avec une dotation de l’Etat en nette baisse : elle représente 10 millions d’euros par an en moins sur son budget annuel.

Pour compenser ce manque à gagner, il préconise de réduire les dépenses à tous les niveaux : "tous les contrats qu’on peut avoir avec différents fournisseurs, études d’opinion, communication, édition etc. Il faudra aussi sans doute solliciter les fédérations, les départements. Et il faudra peut-être réduire la voilure, de façon raisonnable, sur le personnel", explique-t-il.

>> Copé-Fillon, coulisses d'un duel : 6.000 km en une semaine. Reportage sur la dernière ligne droite de la campagne dans "7 jours BFM", en direct sur BFMTV et BFMTV.com, samedi de 18h à 20h. Puis en replay dès samedi soir en cliquant ici.

>> Qui a remporté le duel Copé-Fillon? Edition spéciale sur BFMTV et BFMTV.com dimanche de 18h à minuit.

Le nombre de cotisations insuffisant

L’UMP n’a pas de trésor de guerre, bien au contraire : le mouvement s’est endetté à hauteur de 35 millions d’euros sur 14 ans pour rembourser l’emprunt immobilier lié à l’achat de son nouveau siège parisien.

Quant au nombre d’adhérents, après avoir atteint un pic en 2007, il connait un léger frémissement, mais le niveau des cotisations reste insuffisant.

Le nouveau chef de l’opposition, élu dimanche, sera sans doute contraint de mettre plus à contribution les élus de sa formation. Ceux du PS ou du Parti communiste reversent à leur parti trois à cinq fois plus que leurs collègues de l’UMP.

Damien Fleurot