BFMTV

Jérôme Lavrilleux perd son immunité parlementaire

Le Parlement européen a voté mardi la levée de l’immunité parlementaire européenne du député Jérôme Lavrilleux. L'ex-directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy est mis en cause dans l’affaire des fausses factures Bygmalion.

Les députés européens ont suivi l'avis de la commission juridique qui avait voté début mai, à l'unanimité, la levée de l’immunité parlementaire européenne de Jérôme Lavrilleux. Les eurodéputés ont approuvé mardi à ne large majorité la levée de l’immunité parlementaire européenne de l'ex-directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy, lors d'une session plénière à Strasbourg.

Les juges parisiens instruisant ce dossier avaient demandé en décembre cette levée d'immunité, qui doit permettre l'audition en garde à vue de Jérôme Lavrilleux, un des personnages au cœur de l'affaire Bygmalion

Ancien bras droit de Jean-François Copé à l'UMP, Jérôme Lavrilleux avait déjà été entendu en garde à vue pendant douze heures en juin, alors que son mandat de député européen n'avait pas démarré.

Lavrilleux a voté pour la levé de son immunité

L'eurodéputé a affirmé avoir lui-même voté la levée de son immunité et expliqué ne s'être jamais abrité derrière pour se dérober aux questions de la justice. "Je n'ai rien à craindre de de la justice de mon pays", a-t-il assuré.

L'ancien conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, Franck Louvrier, a été placé en garde à vue dans cette même affaire début mai, avant d'être relâché sans poursuites.

Les juges d'instruction ont déjà mis en examen dix personnes dans ce dossier: quatre anciens cadres de Bygmalion, trois ex-cadres de l'UMP et trois responsables de la campagne. La levée de l'immunité de Jérôme Lavrilleux pourrait conduire à sa mise en examen.

Les enquêteurs ont la conviction qu'un système frauduleux a été mis en place pour que l'UMP prenne en charge quelque 18,5 millions d'euros de dépenses de la campagne de Nicolas Sarkozy, auprès d'Event & Cie, filiale de Bygmalion.

Lavrilleux reconnaît l'existence de la fraude

Le but de la fraude était d'empêcher que ces dépenses ne soient inscrites au budget de campagne et n'explosent le plafond autorisé (22,5 M EUR) qui a tout de même été dépassé. Pour cela, Event and Cie a émis des fausses factures à l'UMP pour des conventions dont la plupart n'ont pas été organisées, tandis que les factures des meetings apparaissant dans le compte de campagne auraient systématiquement été sous-évaluées.

L'existence de la fraude a été reconnue par trois anciens dirigeants de Bygmalion et Jérôme Lavrilleux. "Le reproche que je me fais, c'est que je n'ai pas eu le courage à un moment de dire : 'Stop, on en fait trop. On va dans le mur'", avait-t-il confié en larmes, sur le plateau de BFMTV, en mai 2014.

K. L.