BFMTV

Estrosi conseille à Fillon d'être "beaucoup plus offensif" à l'égard de Le Pen

Christian Estrosi et François Fillon le 13 septembre 2013 à Nice.

Christian Estrosi et François Fillon le 13 septembre 2013 à Nice. - JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Le président LR de la région Paca a indiqué qu'il voterait pour l'adversaire de Marine Le Pen si elle est présente au second tour et que François Fillon ne se qualifiait pas.

Lors du "Grand Rendez-vous" CNews-Europe 1-Les Echos, Christian Estrosi a livré ce dimanche quelques "conseils" à François Fillon, son candidat. 

"Si j'ai des conseils à donner à mon candidat, s'il veut absolument se hisser à un niveau plus élevé, c'est d'être plus beaucoup offensif à l'égard de Marine Le Pen", a-t-il déclaré. La "victoire de Marine Le Pen n'est pas à exclure", estime-t-il.

"La seule part qui m'a été confiée de prendre dans la campagne de François Fillon, c'est celle de monter une cellule riposte contre Marine Le Pen", a expliqué le président Les Républicains de la région Paca.

La "violence" du parti

"Je m'étonne que ce qui n'impressionne pas plus le débat public, c'est de voir qu'elle continue d'être créditée de 23, 24, 25%", a-t-il ajouté, lui qui a été élu en partie grâce aux voix de gauche face à Marion Maréchal-Le Pen en 2015. 

"Le FN, moi je le subis tous les jours, je sais ce que c'est", a affirmé l'ancien maire de Nice, évoquant "la violence" du parti d'extrême droite.

Christian Estrosi, qui soutenait Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite, met aussi en garde François Fillon contre "ceux autour de lui qui veulent absolument se montrer plus durs, plus violents, dans la surenchère, espérant attirer le regard du chef pour gagner un hochet ou un secrétariat d'Etat".

"Celui qui est le maître doit toujours faire attention aux courtisans qui sont autour", a-t-il déclaré. "Je ne veux pas que dans cette espèce de surenchère à l'extrême droite, on essaye de ressembler et pas de rassembler", a dit Christian Estrosi. Il a aussi précisé qu'il voterait pour l'adversaire de Marine Le Pen si elle est présente au second tour et que François Fillon ne se qualifiait pas. 

C.V. avec AFP