BFMTV

Le sarkozysme est-il mort ?

Nicolas Sarkozy, lors de son discours d'adieu après sa défaite du 6 mai.

Nicolas Sarkozy, lors de son discours d'adieu après sa défaite du 6 mai. - -

Après sa sévère défaite aux législatives, l'UMP doit désormais se choisir un chef et se reconstruire sans Nicolas Sarkozy. L'ancien président laisse-t-il un héritage derrière lui, ou le style Sarkozy a-t-il disparu ?

Après la lourde défaite subie par l’UMP aux élections législatives, le parti de l’ancienne majorité doit à présent se reconstruire. Mais avec une centaine de députés en moins à l'Assemblée nationale, et une guerre des chefs Copé-Fillon qui se profile pour prendre la présidence du parti, la tâche s’annonce difficile. Qu'est devenu le sarkozysme ?

« Pas vraiment d’enfants sarkozystes »

Bernard Debré est député UMP de Paris : « Je crois que le sarkozysme est derrière nous, effectivement. Je ne vois pas Nicolas Sarkozy revenir. Il n’y a pas vraiment eu d’"enfants sarkozystes". J’ai vu que Nicolas Sarkozy avait besoin d’un grand-père, c’était Edouard Balladur, il avait besoin d’un grand frère, c’était Alain Juppé. Mais il n’a pas réussi à avoir d’enfants qui portent sa marque. »

« Viendra sans doute le temps de la douleur... »

Brice Hortefeux est ancien ministre et député européen. Fidèle ami de l'ancien chef d'Etat, il préside l'association des amis de Nicolas Sarkozy : « La question de la sécurité, celles de l’immigration, de la protection sociale, de l’avenir des retraites, ce sont des sujets que Nicolas Sarkozy avait abordés, et qui sont naturellement toujours d’actualité. Nous avons bien conscience, autour de Nicolas Sarkozy, que nous avons vécu le temps des douceurs ces dernières semaines. Hélas, viendra sans doute le temps de la douleur. Donc ceux qui se reconnaissent dans l’action de Nicolas Sarkozy exerceront naturellement une grande vigilance. »

La Rédaction, avec V. Jacquier et Q. Pommier