BFMTV

Le Pen première opposante à Hollande pour 6 Français sur 10

Marine Le Pen, la présidente du Front national, le 24 octobre 2014, lors d'un meeting.

Marine Le Pen, la présidente du Front national, le 24 octobre 2014, lors d'un meeting. - Philippe Hugen - AFP

Selon un sondage Ifop pour le JDD, 60% des Français estiment que Marine Le Pen est la personnalité qui s'oppose le plus à François Hollande. La présidente du Front national n'a d'ailleurs pas de mots assez durs pour critiquer l'"inaction" de l'exécutif.

Une majorité de Français (60%) estime que Marine Le Pen est la personnalité qui s'oppose le plus à François Hollande, selon un sondage Ifop pour Le Journal du Dimanche.

A la question, "parmi les personnalités suivantes de droite, laquelle s'oppose le plus selon vous dans ses propos et ses actions à François Hollande?", 60% des Français ont choisi Marine Le Pen, 21% Nicolas Sarkozy, 8% Alain Juppé, 4% François Bayrou et François Fillon.

Opposante N°1, même pour les sympathisants UMP

Parmi les sympathisants de l'UMP, ils sont 59% à avoir cité Marine Le Pen, 25% Nicolas Sarkozy et 10% Alain Juppé.

A la même question mais cette fois "parmi les personnalités suivantes de gauche", 41% des personnes interrogées ont choisi Jean-Luc Mélenchon qui devance Martine Aubry (22%), Arnaud Montebourg (14%), Cécile Duflot (12%) et Benoît Hamon (5%).

Parmi les sympathisants du Parti socialiste, Jean-Luc Mélenchon devance de nouveau Martine Aubry, 47% contre 22%.

"Il n'y a plus de président de la République"

Dans une interview donnée au JDD, la présidente du FN, fustige l'action ou plutôt l'inaction de François Hollande qui "n'a rien fait". "Aujourd’hui, il n’y a plus de président de la République en France. Son prédécesseur faisait en sorte que cela se voit moins, mais c’est la même chose", assène-t-elle.

La "fracture entre le peuple et l'exécutif" justifie en outre une "dissolution" de l'Assemblée nationale, parce qu'il n'y a "pas d'autre moyen" et parce qu'il faut "purger le malentendu gigantesque né de la mise en oeuvre d'une politique rejetée par une majorité de Français".

Sur sa droite, Marine Le Pen explique qu'elle ne craint ni Juppé, ni Sarkozy. "Ils sont dans un état d'esprit de combat pour la deuxième place", ironise-t-elle.

David Namias et AFP