BFMTV

Le coût de la rentrée scolaire n'augmentera pas, assure Chatel

Le gouvernement a assuré mardi que le coût de la rentrée scolaire n'augmenterait pas cette année, s'appuyant sur la publication d'une enquête réalisée dans 75 départements par l'association "Familles de France". /Photo d'archives/REUTERS/REUTERS/Jean-Paul

Le gouvernement a assuré mardi que le coût de la rentrée scolaire n'augmenterait pas cette année, s'appuyant sur la publication d'une enquête réalisée dans 75 départements par l'association "Familles de France". /Photo d'archives/REUTERS/REUTERS/Jean-Paul - -

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a assuré mardi que le coût de la rentrée scolaire n'augmenterait pas cette année, s'appuyant sur la publication...

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a assuré mardi que le coût de la rentrée scolaire n'augmenterait pas cette année, s'appuyant sur la publication d'une enquête réalisée dans 75 départements par l'association "Familles de France".

D'après les informations collectées par l'organisation présidée par le Professeur Henri Joyeux, le coût de la rentrée 2010 pour un élève entrant en sixième sera de 175,33 euros, soit un euro et dix centimes de plus que l'année dernière.

Le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Éducation nationale, Luc Chatel, s'est félicité des résultats de cette enquête menée selon lui "en toute indépendance", et a mis en avant les dispositions prises par le gouvernement pour que cette rentrée s'effectue en douceur pour les ménages français.

"En cette période de crise, le ministre se réjouit de cette contribution à la baisse de l'inflation par la stabilisation des prix de la rentrée scolaire, poste clé des dépenses familiales", a-t-il déclaré dans un communiqué publié par ses services.

Le ministre de l'Éducation nationale, qui a indiqué qu'il se rendrait jeudi sur l'île de la Réunion pour assister à la rentrée anticipée des écoliers d'Outre-Mer, a d'ailleurs annoncé un relèvement du plafond de ressources permettant aux familles de bénéficier de l'Allocation de rentrée scolaire (ARS).

"Il passe de 32.623 euros en 2009 à 33.536 euros cette année pour une famille de trois enfants et concernera plus de trois millions de foyers", a dit le maire de Chaumont (Haute-Marne).

L'ARS VERSÉE ENTRE JEUDI ET SAMEDI

Préférant prendre ses distances avec Luc Chatel, le président "Familles de France", Henri Joyeux, a eu une lecture différente des résultats de l'enquête menée par son association.

"C'est une moins bonne nouvelle que l'année dernière, puisque nous avions un coût global qui avait beaucoup baissé, de - 8,7 % et là nous sommes à + 0,63%", a-t-il confié à Reuters.

"On aurait pu obtenir une réduction du coût de la rentrée scolaire, mais il n'y a pas eu suffisamment de concertation entre d'une part le ministère de l'Éducation nationale et d'autre par le ministère de la Consommation (...) Ils auraient dû faire davantage pression sur les grandes enseignes", a-t-il ajouté.

Le Professeur Joyeux fait référence à une liste de produits labellisés "Les essentiels de la rentrée" et proposés par les enseignes de grande distribution en vertu d'un accord passé avec le ministère de l'Éducation nationale.

Selon lui, ces produits ne sont pas tous de bonne qualité et "les parents d'élèves sont obligés d'aller chercher hors de ces produits 'essentiels'", augmentant de fait leur budget rentrée.

Les familles pouvant bénéficier de l'ARS recevront cette prestation par virement bancaire entre jeudi et samedi, a annoncé la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf).

Modulée en fonction de l'âge de l'enfant, l'ARS s'élève à 280,76 euros pour un enfant âgé de 6 à 10 ans, 296,22 euros pour un enfant âgé de 11 à 14 ans, et 306,51 pour un adolescent âgé de 15 à 18 ans.

Olivier Guillemain, édité par Yves Clarisse