BFMTV

Le baromètre des éditorialistes -Emmanuel Macron met un "vrai coup de barre à gauche"

Le plateau de BFMTV ce lundi soir, après l'allocution du président de la République.

Le plateau de BFMTV ce lundi soir, après l'allocution du président de la République. - -

L'allocution très attendue d'Emmanuel Macron a-t-elle des chances de convaincre les gilets jaunes? Nos éditorialistes Thierry Arnaud et Laurent Neumann analysent la série de mesures annoncées par le chef de l'Etat, ce lundi soir depuis l'Elysée.

Emmanuel Macron a tenté de calmer la colère des gilets jaunes ce lundi soir lors d'une allocution très attendue retransmise de l'Elysée, pendant laquelle il a annoncé une série de mesures sociales, comme l'augmentation du SMIC, des retraites et la défiscalisation des heures supplémentaires.

Alors que les gilets jaunes réclament sa démission ou déplorent son arrogance, le président a de nouveau esquissé un mea culpa sur son attitude, en reconnaissant qu'il lui était "arrivé de blesser certains d'entre vous par (ses) propos".

> "Les yeux dans les yeux" avec les Français

Thierry Arnaud, l'un des nos éditorialistes politiques, estime qu'Emmanuel Macron a "regardé les Français les yeux dans les yeux et a annoncé certaines mesures concrètes qu’on attendait et d'autres plus surprenantes, la plus spectaculaire étant cette hausse de 100 euros net du SMIC dès le début de l'année prochaine, qui ne coûtera rien aux employeurs."

"Le président a choisi, compte tenu de ce qui a été annoncé ce soir, d'abandonner et de s'affranchir de l'objectif européen d'être sous les moins de 3% de déficit public avant 2019", ajoute Thierry Arnaud sur notre antenne, précisant que "le président nous annonce trois inflexions majeures: l'inflexion de sa politique économique, l'inflexion de sa manière d'exercer son mandat présidentiel et de sa méthode grâce à cette grande consultation qu'il veut organiser".

> "Un vrai coup de barre à gauche"

Laurent Neumann, éditorialiste politique BFMTV, juge quant à lui qu'Emmanuel Macron a donné ce soir "un vrai coup de barre à gauche, sans doute pas suffisant pour la gauche. L’un des principaux reproches qui ont été faits à Emmanuel Macron, c’est justement de ne pas avoir effectué ce fameux ‘et en même temps’, mais d’avoir fait du ’d’abord l’ISF’ puis ‘ensuite les mesures agréables pour le pouvoir d’achat’. Là on découvre que le fameux treizième mois, ce n'est pas pour 2022, c'est pour 2019. Il a donc bien compris qu'il y avait un énorme problème de timing."

"Mais le changement de cap pris ce soir pose un autre problème politique" juge encore Laurent Neumann. "Que dire désormais à madame Pénicaud ou à monsieur Le Maire qui expliquaient il y a moins de 48 heures qu’on ne toucherait pas au SMIC ou à la CSG? Il y a véritablement un changement de cap de sa part".

Laurent Neumann regrette cependant qu'Emmanuel Macron n'ait pas donné davantage de détails sur les manières de financer les mesures qu'il a présentées. "Le président n’a fait qu’esquisser ce soir un certain nombre de pistes", considère notre éditorialiste. "Lutter contre l’évasion fiscale, personne ne sera contre mais pour le moment, on ne sait pas combien ça rapporte".

Jeanne Bulant