BFMTV

Pour Christophe Castaner, "la parité et l'élargissement politique" seront respectés dans le gouvernement

Christophe Castaner, mercredi matin sur BFMTV et RMC.

Christophe Castaner, mercredi matin sur BFMTV et RMC. - BFMTV

Christophe Castaner, député-maire de Forcalquier et proche d'Emmanuel Macron, était ce mercredi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, à quelques heures de l'annonce de la composition du gouvernement.

Invité mercredi matin sur BFMTV et RMC, Christophe Castaner annonce qu'il sera candidat à sa succession aux élections législatives, dans les Alpes-de-Haute-Provence et sous l'étiquette La République en marche. Il est aussi pressenti pour faire son entrée au gouvernement ce mercredi: "On l'espère toujours, mais on est dans un moment d'incertitude. Je fais partie de ce lot-là".

Une quinzaine de ministres, un gouvernement paritaire

Ce mercredi matin, assure-t-il, le Président connaît déjà la composition de son gouvernement "parce qu'il a travaillé de longues heures déjà avec Edouard Philippe, le Premier ministre", avec pour impératifs le respect de la "parité et l'élargissement politique".

Christophe Castaner "souhaite" des ministres Les Républicains dans le gouvernement, mais assure ne pas savoir si ce sera le cas: "On a besoin de cet élargissement politique, c'est ce qu'Emmanuel Macron a porté pendant la campagne. Le premier acte fondateur a été la nomination d'un Premier ministre qui vient des Républicains, il faut aussi que Les Républicains, comme d'anciens socialistes, comme des femmes et des hommes de la société civile, soient présents dans ce gouvernement, (...) qui s'appuie sur des progressistes pro-européens, qui viennent de la droite et de la gauche". Une "quinzaine" de ministres doivent être nommés dans l'après-midi.

Nicolas Hulot pourrait entrer au gouvernement

"Il y a des discussions en cours" avec Nicolas Hulot pour lui confier un ministère. "Nicolas Hulot incarne, sur l'enjeu du développement durable, de la transition énergétique, une énergie, une ambition pour notre pays".

Avant la nomination des ministres, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique examine un par un les dossiers des impétrants, en particulier leurs dossiers fiscaux. "Emmanuel Macron a souhaité que la transparence soit la règle absolue, qu'on soit la République de la transparence. Il a fait quelque chose qui n'est pas habituel, qui n'est pas obligatoire, mais qui est de vérifier le pedigree fiscal de chacune et de chacun qui seront nommés dans les heures qui viennent, c'est une mesure saine et un symbole fort".

A.L.M.