BFMTV

La réforme des retraites à l’Assemblée nationale

-

- - -

La réforme des retraites arrive ce lundi à l’Assemblée nationale. Principales mesures : l’allongement de la durée de cotisation et la création d’un compte pénibilité. Les discussions s’annoncent houleuses.

La réforme des retraites débarque à l’Assemblée nationale. Les députés entament ce lundi l'examen de la première réforme des retraites d'un gouvernement de gauche. La discussion en première lecture dans l'hémicycle, qui commencera lundi à 16h et doit durer toute la semaine, week-end peut-être compris, s'achèvera par le vote solennel du projet de loi le 15 octobre.

Les deux principales mesures du projet de loi sont l'allongement de la durée de cotisation et la création d'un compte pénibilité.

Le texte ne touche pas à l’âge légal de départ à la retraite toujours fixé à 62 ans. Le projet n'a été amendé qu'à la marge par la commission des affaires sociales.

43 ans de cotisation en 2035

« La question n'est pas de bouleverser le système mais de l'adapter à la réalité d'aujourd'hui, à la pénibilité, au travail à temps partiel, celui des femmes et des jeunes », expliquait dans le JDD, Marisol Touraine, la ministre affaires sociales.

La durée de cotisation sera allongée : actuellement fixée à 41,5 ans, elle passera progressivement à 43 ans en 2035, soit pour la génération née en 1973 et les suivantes.

La grande nouveauté c'est la création d'un compte pénibilité. Selon Marisol Touraine, un Français sur cinq pourra en bénéficier (ce compte permettra soit d'accéder à des formations pour changer de métier, soit d'obtenir un temps partiel, soit de partir en retraite anticipée).

Les discussions s'annoncent houleuses, et les syndicats vont regarder les débats de très près. Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de FO, a déjà expliqué que le syndicat allait demander aux députés le retrait du projet de loi de réforme des retraites dans une pétition qui sera lancée ce lundi.

|||SPECIAL RETRAITES : Posez toutes vos questions à notre expert, en cliquant ici

La rédaction avec AFP