BFMTV

La position anti-IVG du LR François-Xavier Bellamy vivement critiquée

François-Xavier Bellamy en 2014

François-Xavier Bellamy en 2014 - François-Régis Salefran/Creative commons

"Vous ne trouverez de ma part aucune parole offensante ni aucun jugement" insiste la probable tête de liste des Républicains aux prochaines élections européennes.

Pourtant soutenu par Laurent Wauquiez, président des Républicains, François-Xavier Bellamy peine à convaincre. Celui qui devrait, sauf retournement de dernière minute, être intronisé ce 29 janvier comme chef de file du parti de droite pour les futures élections européennes de 2019, est vivement critiqué pour son manque d'expérience. 

"Il fait chérubin. Il est un peu hors-sol et il n'est pas armé. Je ne l'ai pas senti guerrier. On va en faire de la bouillie, il va ressortir traumatisé" expliquait récemment un élu LR, dont les propos avaient été repris par le JDD

"Une conviction personnelle"

Et ce n'est la dernière sortie dans l'hebdomadaire dominical de ce professeur agrégé de philosophie, âgé de 33 ans, qui devrait lui permettre de rassembler. Interrogé quant à l'IVG, la réponse de l'actuel adjoint au maire de Versailles a provoqué l'ire de la classe politique. 

"Cette question de l'IVG est une conviction personnelle que j'assume. Mais je comprends qu'elle ne soit pas partagée, et vous ne trouverez de ma part aucune parole offensante ni aucun jugement" martèle-t-il. 

Comme le signale encore le JDD, François-Xavier Bellamy est un opposant de longue date au droit à l'avortement, mais pas seulement. Qualifié de "catholique conservateur", il est également opposé au mariage pour tous ainsi qu'à l'ouverture de la PMA aux célibataires et aux couples de femmes. il y a quelques semaines, c'est Laurent Wauquiez lui-même qui avait fait polémique en comparant la PMA à l'"eugénisme" mené par le "régime nazi."

"Choix de société"

Logiquement, la Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa a vivement critiqué cette prise de position via un tweet posté ce week-end. 

"Alors même que la France vient de lancer une campagne européenne pour la ratification et l’application de la Convention d’Istanbul, voilà que Les républicains veulent envoyer au Parlement européen: un anti-IVG" explique-t-elle, agrémentant son message des hashtags #droitsdesfemmes et #diplomatieféministe.

Même indignation du côté d'aurore Bergé, députée des Yvelines et porte-parole du groupe LaREM à l'Assemblée nationale qui, quant à elle, parle d'un "choix de société" auquel "les Français auront à répondre."

Quant au principal intéressé, il a également tenu à préciser ses propos via Twitter en postant une vidéo de son passage lors de l'émission C Politique, en janvier 2018.

"Si se préoccuper sincèrement de ce qui touche tant de femmes suffit à se faire insulter, alors comment parler ensemble sereinement?" a-t-il expliqué. 

Hugo Septier