BFMTV

La mobilisation sur les retraites n'ébranle pas le gouvernement

A Marseille, lors de la manifestation contre la réforme des retraites. Un million de personnes ont manifesté jeudi en France contre la fin de la retraite à 60 ans selon les syndicats mais le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a estimé que la mobili

A Marseille, lors de la manifestation contre la réforme des retraites. Un million de personnes ont manifesté jeudi en France contre la fin de la retraite à 60 ans selon les syndicats mais le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a estimé que la mobili - -

Un million de Français dans la rue hier jeudi selon les syndicats, 395 000 selon le ministère de l'Intérieur… Un succès pour les manifestants, mais jugé insuffisant par le gouvernement pour remettre en cause la réforme des retraites.

Un million de personnes ont manifesté ce jeudi en France contre la fin de la retraite à 60 ans, selon les syndicats, qui menacent d'un mouvement de plus grande ampleur si le gouvernement campe sur ses positions.

« Une mobilisation faible, qui valide la méthode du gouvernement »

Mais le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, estime que la mobilisation a été "faible", ce qui conforte l'exécutif dans sa détermination à mener cette réforme à bien. Le ministère de l'Intérieur fait état pour sa part de 395.000 manifestants pour toute la France, soit à peine plus que le 23 mars (380.000).
Le ministre du Travail, Eric Woerth doit présenter les grandes lignes du projet de loi après la mi-juin. Il sera présenté au Conseil des ministres le 13 juillet. Et le véritable rendez-vous aura lieu en septembre, lorsque la réforme arrivera devant le Parlement.

« La manifestation la plus réussie cette année »

L'intersyndicale (CGT, CFDT, CFTC, Solidaires, Unsa et FSU), qui avait pour objectif de dépasser la mobilisation du 23 mars dernier, estime avoir réussi son test en dépassant largement le nombre de 800.000 manifestants d'il y a deux mois.
Satisfait de cette manifestation, « la plus réussie cette année », selon lui, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, explique : « Ça montre que beaucoup de personnes ont compris qu’il faudra travailler plus longtemps, mais ils veulent choisir. Et je voudrais que le gouvernement entende cet appel, parce que le choix principal qui est la fin des 60 ans, est le plus injuste. »

Les défilés sont toutefois restés loin de ceux qui avaient accompagné les réformes des retraites de 1995 et 2003 et réuni jusqu'à deux millions de personnes, selon les syndicats. Le gouvernement peut également se rassurer en constatant le faible taux de participation aux grèves, comme dans les écoles ou les transports, selon les estimations ministérielles. "On a très clairement une journée de mobilisation faiblement suivie", souligne Luc Chatel, en précisant que le gouvernement a entendu ces manifestants mais que son rôle est de "prendre ses responsabilités (pour) sauver le système par répartition et donc aller au bout de cette réforme".

« Une manifestation ne suffira pas »

Une majorité de Français (62%) se disent "prêts à manifester" pour défendre le maintien de l'âge légal de la retraite à 60 ans, selon un sondage CSA pour Le Parisien-Aujourd'hui en France. "A ce stade, il n'y a plus que le rapport de force dans la rue pour défendre la retraite à 60 ans et les acquis sociaux auxquels Nicolas Sarkozy s'attaque méthodiquement", a répété Bernard Thibault.
C'est la raison pour laquelle d'autres journées de mobilisation devraient suivre d'ici l'été, ont dit les leaders syndicaux, qui en débattront la semaine prochaine. "Si le gouvernement persiste, nous prendrons d'autres initiatives", a dit Bernard Thibault, faisant écho à François Chérèque pour qui "ce n'est pas une manifestation qui suffira".

Transports peu perturbés

Les leaders de gauche, très mobilisés eux aussi contre le projet du gouvernement, se sont tous donné rendez-vous dans la rue, de Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de gauche, à Paris, au premier secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, à Lille, ville dont elle est maire. Dans son contre-projet de réforme, le PS prône le maintien de l'âge légal à 60 ans, acte l'allongement de la durée de cotisation à l'horizon 2020 et veut taxer lourdement les revenus du capital pour financer les régimes de retraite.

Lors des premiers défilés dans la matinée, la mobilisation était égale ou supérieure à celle du 23 mars, avec 12.000 à 20.000 manifestants à Rouen (contre 10.000 à 15.000) ou 4.900 à Nice, selon la police, contre 4.200 le mois dernier. La manifestation parisienne est restée relativement modeste, la CGT revendiquant 90.000 manifestants alors que la préfecture de police annoncé un nombre de 22.000. A Marseille, 80.000 personnes ont manifesté selon les syndicats, 12.000 selon la police. A Bordeaux, environ 6.500 personnes selon la police, 40.000 selon la CGT, ont défilé dans les rues. A Toulouse, près de 10.000 personnes selon la police, plus de 30.000 selon les organisateurs, ont défilé.

Dans l'Education nationale, le taux de grévistes était jeudi de 16% dans le primaire et de 12,3% dans le second degré, a annoncé le ministère dans un communiqué. Pour toute la fonction publique, le taux était de 13,8%.

Les transports ont été peu perturbés. Compte tenu des préavis de grève dans le secteur aérien, les compagnies aériennes ont dû réduire leur trafic dans la matinée de 30% à l'aéroport d'Orly et 10% à celui de Roissy.

Clément Guillou et Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

La Rédaction, avec K. Laffin, Y. Olland et Reuters