BFMTV

La mise en examen de Richard Ferrand est-elle embarrassante pour Emmanuel Macron?

La proximité entre le locataire de l'Elysée et le président de l'Assemblée nationale pourrait écorner l'image d'Emmanuel Macron, qui avait promis la moralisation de la vie politique.

Mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi à Lille pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, le président LaREM de l'Assemblée nationale Richard Ferrand a dit, dans un communiqué, être "déterminé à poursuivre (sa) mission" à la chambre basse. 

Quelques heures plus tard, ce jeudi matin, Emmanuel Macron a annoncé son soutien à ce fidèle de la première heure. Le président de l'Assemblée nationale "dispose de toute la confiance du président de la République", a ainsi fait savoir l'Elysée à BFMTV.

"Coup dur"

Reste que cette situation peut potentiellement devenir périlleuse pour le locataire de l'Elysée. "C'est très embêtant pour Macron", estime notre éditorialiste Christophe Barbier, pour qui la proximité du Président avec Richard Ferrand pourrait écorner son image. 

"La session parlementaire qui s’annonce est périlleuse, avec des textes comme la PMA et la réforme des retraites à l’horizon. Et puis le groupe parlementaire de la majorité est travaillé par des doutes, d’autant que Ferrand est très important", détaille-t-il. 

Pour Camille Langlade, chef du service politique de BFMTV, il s'agit en effet d'un "coup dur." "L’exécutif s’attend à une rentrée agitée sur le plan social avec la mobilisation sur les retraites et les gilets jaunes, cela parasite la rentrée. Il est rattrapé par l’affaire Ferrand, sa proximité pourrait abîmer son image", assure-t-elle. 

"La tolérance de l’opinion public a baissé"

Alors que se profile le 44e week-end de mobilisation des gilets jaunes et quelques semaines après le départ de François de Rugy du gouvernement à la suite de révélations de Mediapart, la défiance envers le gouvernement augmente. 

"La tolérance de l’opinion publique a baissé d’un cran depuis les gilets jaunes puis l’affaire De Rugy, cela s’annonce compliqué. Ceci dit, l’opposition ne devrait pas être agressive car il est respecté, puis Le Pen et Mélenchon sont aussi empêtrés dans des affaires", explique encore Camille Langlade. 

"Ça va être très très difficile puisque Emmanuel Macron s’est fait élire sur une promesse de moralisation de la vie politique. Et il y a des précédents: quatre ministres, dont Richard Ferrand, avaient dû démissionner dès leur arrivée au gouvernement non pas pour une mise en examen, mais parce qu’une enquête avait été ouverte sur leur propre cas", conclut-elle. 

Pour rappel, l'affaire des Mutuelles de Bretagne avait conduit Richard Ferrand à quitter le gouvernement en juin 2017. A peine nommé ministre de la Cohésion des territoires, il avait été épinglé par Le Canard Enchaîné qui avait révélé qu'en 2011, les Mutuelles de Bretagne, qu'il dirigeait alors, avaient décidé de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne. Richard Ferrand avait alors contesté toute irrégularité. 

Hugo Septier