BFMTV

La grosse colère de Mélenchon qui recadre les déçus de la liste européenne

Jean-Luc Mélenchon le 30 octobre 2018 à Lille.

Jean-Luc Mélenchon le 30 octobre 2018 à Lille. - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Après l'éviction de plusieurs cadres de la liste insoumise pour les élections européennes, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé l'"ego boursouflé" de certains d'entre eux. Le chef de file de La France Insoumise s'en est également pris au quotidien Le Monde, évoquant un "acharnement" du journal contre sa personne et son parti.

À l’approche des élections européennes, le bateau des Insoumis tangue dangereusement. Dans un long communiqué publié ce jeudi sur son blog, le chef de file de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon s’en est pris à plusieurs cadres du parti, écartés de la liste pour les élections européennes de 2019. Il a notamment fustigé l’attitude de Djordje Kuzmanovic et François Cocq, tous deux orateurs nationaux pour le mouvement, qui dénonçaient ce jeudi au Monde "un manque de démocratie interne" chez les Insoumis, avant de viser trois autres anciens cadres du parti.

Pour Jean-Luc Mélenchon, les deux porte-parole de La France Insoumise ont "un ego boursouflé" qui "leur rend insupportable de ne pas être dans les cinq ou les dix premiers de la liste européenne". Il ajoute que la création d’une liste aux européennes n’est jamais chose facile, qu'aucune liste ne saurait être "exempte de tensions".

"Je publierai les SMS dans lesquels certains d'entre eux m'ont léché les pieds"

"Un jour, je publierai les innombrables SMS dans lesquels certains de ces ardents défenseurs de 'la démocratie interne' m’ont léché les pieds pour que je favorise leur placement sur la liste. Car telle était la conception de la ‘démocratie’ qu’ils espéraient voir mise en œuvre: la désignation par le fait du prince", a ajouté Jean-Luc Mélenchon, visant également d’anciennes têtes de La France Insoumise, parties pour des raisons semblables.

Écarté de la liste par le comité électoral de LFI pour avoir "publiquement réitéré des propos considérant comme secondaires les luttes féministes et LGBT, alors qu’elles font partie intégrante du programme de LFI", Djordje Kuzmanovic avait claqué la porte du parti, dénonçant dans une tribune publiée dans Marianne "l’extrême concentration du pouvoir aux mains d’un petit groupe de nouveaux apparatchiks et bureaucrates, aux convictions mollement social-démocrates".

Jean-Luc Mélenchon s'en prend à nouveau au Monde

François Cocq quant à lui a été écarté pour avoir critiqué la ligne politique de La France Insoumise: "C'est totalement incompréhensible. J'ai alerté quand il y a eu une tentation de revenir au rassemblement de la gauche. Et quand Jean-Luc Mélenchon opère enfin la clarification qui va dans mon sens, c’est à ce moment-là qu’on me bannit", a-t-il expliqué au Monde.

Jean-Luc Mélenchon s'en est également à nouveau pris au quotidien avec qui il a déjà eu maille à partir. Il a évoqué "le caractère nauséabond de l’acharnement de ce journal qui n’a jamais publié autre chose que des articles à charge contre moi sur un mode de plus en plus douteux", un acharnement "incroyable contre le mouvement Insoumis et contre moi en particulier".

Guillaume Dussourt