BFMTV

La difficile campagne de terrain de Manuel Valls

L'ancien Premier ministre et candidat à la primaire à gauche enchaîne les petits incidents lors de ses déplacements de campagne.

Un jeune homme a giflé Manuel Valls mardi dans la petite ville de Lamballe dans le cadre d'un déplacement en Bretagne du candidat à la primaire à gauche. L'ex-Premier ministre était accompagné de Jean-Yves Le Drian. 

Un membre du service de sécurité a aussitôt plaqué au sol le jeune homme, qui est tombé par terre en même temps que la barrière métallique. Il a été placé en garde à vue. Face aux gendarmes, il a déclaré qu’il "n’aimait pas la façon dont Manuel Valls traitait les citoyens".

Le candidat enfariné au marché de Noël de Strasbourg

Le 22 décembre dernier, alors qu'il s'était rendu au marché de Noël de Strasbourg, Manuel Valls avait reçu un sac rempli de farine en pleine tête. L'auteur du geste, âgé d'une trentaine d'années, avait crié "49.3, on n'oublie pas. On ne pardonne pas".

Le candidat avait alors tenté de faire bonne figure, et ironisé: "Ce sont les joies de la campagne, il n'y a aucun problème. La farine sans gluten, c'est un bon présage".

Manuel Valls peine à remplir les salles de ses meetings

Il n'avait pourtant pas choisi l'endroit par hasard: Manuel Valls avait tenu à organiser un meeting, le 8 janvier dernier, à Liévin, fief socialiste du Pas-de-Calais, dans une salle baptisée "François Mitterrand". Avec conviction, il avait affirmé:

"Je ne veux pas que la France revive, que nous revivions 2002. Je ne veux pas que les Français aient le choix, en mai prochain, entre une droite dure, conservatiste, un candidat qui se réclame de Margaret Thatcher, et l'extrême droite. La gauche doit gagner, car la France a besoin de la gauche".

Problème: ils n'étaient qu'environ 200 personnes à écouter le discours de l'ancien chef du gouvernement, un chiffre moitié moins qu'espéré. Une anecdote qui n'a pas échappé à Emmanuel Macron et ses militants:

"Nous sommes ce soir dans le premier meeting régional de la campagne, nous sommes plus de 200... Non pardon ça c'est l'autre!, a ironisé Christophe, le 14 janvier dernier, lors du meeting du candidat d'En Marche!, à Lille. Nous sommes plus de 5.000, et plus de 1.000 dehors n'ont pas pu entrer".
dossier :

Manuel Valls

Alexandra Milhat