BFMTV

La démission de Bruno Julliard, un nouveau coup dur pour Anne Hidalgo

Anne Hidalgo

Anne Hidalgo - LOIC VENANCE / AFP

Le départ du premier adjoint d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris n'est pas une bonne nouvelle, alors que le bilan de l'élue est décrié par l'opposition.

Tempête à la mairie de Paris. Le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Bruno Julliard, a claqué la porte lundi matin dans un entretien au Monde. Une nouvelle que l'intéressée n'a apprise que quinze minutes avant la parution de l'article, selon nos informations.

Dans l'entourage d'Anne Hidalgo, on n'affiche pas de fébrilité: "Ca clarifie la situation car cela faisait plusieurs mois qu'il ne faisait plus rien", glisse-t-on, avant d'insister sur "le manque de cohérence" de Bruno Julliard vis-à-vis des projets menés par la majorité. Sur BFMParis, David Belliard, président du groupe des élus écologistes au conseil de Paris, affirme également que son départ n'est "pas une surprise" au vu de "l'effacement progressif" du premier adjoint. Mais pour lui, le constat est là: "C'est un coup dur pour la majorité et la maire de Paris".

Le fiasco Autolib'

Car Bruno Julliard part avec fracas. Dans Le Monde, il égratigne méticuleusement son ancienne responsable, critiquant notamment son "inconstance" et sa "manière de gouverner à l'instinct". Il charge "l'exécution défaillante" de la maire et son "déficit d'efficacité", "les approximations trop nombreuses". Pire, il la rend responsable du double fiasco Vélib' et Autolib', soulignant "des erreurs et un manque de vigilance" dans sa gestion du dossier avec Vincent Bolloré.

L'allusion est douloureuse, car le dossier s'est soldé par un échec pour Autolib' et marquera le bilan d'Anne Hidalgo. Piétonisation des voies sur berges, propreté de la capitale... Les accrocs s'accumulent. Du pain béni pour l'opposition, bien décidée à reprendre la mairie aux prochaines municipales. "Il dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas", dit de son côté Gaspard Gantzer dans Le Figaro.

Mauvais timing

Outre malmener le bilan d'Anne Hidalgo, Bruno Julliard va jusqu'à douter même de son succès à l'occasion des prochaines municipales. "Les premières orientations esquissées par Anne Hidalgo m'inquiètent par leur opportunisme", lance-t-il, comme un coup de poignard.

Les relations entre la maire et son adjoint s'étaient détériorées ces derniers mois. L'arrivée de La République en marche a fait éclater la majorité municipale, et contribué à fragiliser l'exécutif parisien. Dans la houle, la maire aurait reproché à son adjoint de ne pas assez la soutenir, rapporte Le Monde. Le second, lui, avait l'impression de ne plus être suffisamment écouté.

Un départ dans la logique des choses donc, à en croire plusieurs membres de la majorité parisienne. Mais le timing n'est décidément pas le bon pour la maire, qui s'apprête à sortir un livre, Respirer, dans lequel elle défend sa politique anti-voitures et répond aux multiples attaques dont elle fait l'objet depuis des mois. Une sortie initialement prévue pour le 11 avril, qui avait déjà été reportée plusieurs fois pour éviter d'éventuels télescopages avec l'actualité.

dossier :

Anne Hidalgo

Ariane Kujawski avec BFMParis