BFMTV

L'ESSENTIEL - Le retour offensif de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a donné jeudi soir son premier meeting. Son discours devrait être très commenté ce vendredi.

Nicolas Sarkozy a donné jeudi soir son premier meeting. Son discours devrait être très commenté ce vendredi. - Philippe Huguen - AFP

Pour assurer à la machine à café dès votre arrivée au bureau, BFMTV.com a sélectionné les infos dont vous allez entendre parler ce vendredi 26 septembre.

Nicolas Sarkozy de retour

L'ancien chef de l'Etat a effectué jeudi soir à Lambersart (Nord) son premier meeting de campagne. Celui qui brigue la présidence de l'UMP a livré une prestation résolument offensive, s'en prenant notamment à François Hollande et à son "Moi, Président" et en se prononçant en faveur du gaz de schiste.

  • Il a également assuré souhaiter consulter les Français par le biais d'un référendum à propos du RSA. Selon Nicolas Sarkozy, ceux qui le touchent doivent en "contrepartie" exercer une "activité au service de la collectivité".

Des propositions qui n'ont pas manqué de provoquer des réactions, plutôt positives à droite, mais nettement moins favorables dans le reste de la classe politique. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a même accusé l'ancien Président de vouloir "combattre contre notre modèle social". 

Irak: la Grande-Bretagne va-t-elle participer?

Les députés britanniques s'apprêtent à voter vendredi en faveur d'une participation aux raids contre les jihadistes du groupe Etat Islamique (EI) en Irak. Après avoir longtemps hésité, le Premier ministre conservateur David Cameron a profité de la tribune des Nations Unies mercredi pour appeler le Royaume-Uni à se joindre à la coalition dirigée par les Etats-Unis face au "mal" d'une "barbarie médiévale".

Depuis New York, il a exhorté les députés, qu'il a convoqués en session extraordinaire vendredi, à ne pas être "pétrifiés de peur" à l'idée de commettre les mêmes erreurs que lors du déclenchement par Tony Blair de l'offensive terrestre en Irak, aux côtés des Américains, en 2003. Une décision toujours vivement critiquée onze ans plus tard. "Cela ne doit pas devenir une excuse pour choisir l'indifférence et l'inaction", a insisté David Cameron.

Hervé Gourdel: drapeaux en berne

L'émotion était toujours très forte jeudi dans toute la France, après l'annonce, la veille, de l'exécution d'Hervé Gourdel. Ce guide de haute montagne âgé de 55 ans avait été enlevé dimanche dernier en Algérie par un groupe jihadiste. 

Le président François Hollande a annoncé jeudi en conseil des ministres que les drapeaux seraient mis en berne en France "vendredi, samedi et dimanche", afin de rendre hommage à cet homme, "mort parce que Français", selon les propres mots du chef de l'Etat.

Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) a quant à lui appelé "les musulmans et leurs amis" à se rassembler vendredi devant la mosquée de Paris, en hommage à Hervé Gourdel. Ce "moment de recueillement et de solidarité" inédit, lors duquel sera dénoncée "l'horreur barbare et sanguinaire des terroristes" liés au groupe Etat islamique, aura lieu à 14h45 sur la place du Puits de l'Ermite, a précisé dans un communiqué la Grande Mosquée de Paris.

Budget 2015: le Haut conseil des Finances se prononce

A 16 heures cet après-midi, le Haut conseil des Finances publiques arrêtera sa décision sur le Budget 2015. Un avis consultatif qui ne sera dévoilé que mercredi matin, jour de la présentation par le gouvernement. Mais selon les informations de BFM Business, l'avis sera sévère. Le gouvernement a fixé sa prévision de croissance à 0,5% et de déficit à 4,4% en 2014. Le Haut conseil va bien être obligé de constater que la France explose tous les compteurs, selon un ténor socialiste.

N. G. et M. K.